Un amour plus que parfait...

Quand l'idéal se confronte à la réalité

coeurs allignes coeurs allignes  Lorsqu'au cours d'une conversation on demande à un couple pourquoi il désire se marier la réponse est souvent : parce qu'on s'aime et que l'on souhaite légaliser notre union. Très rarement des motifs socio-économiques ou la pression familiale sont avancés. Cela se comprend dans la mesure où, contrairement à un passé pas si lointain, l'Amour est devenu la valeur centrale du couple. Se marier apparaît comme le désir solennel de prouver à l'autre son amour et le déclarer publiquement.

 

De ce fait les époux attendent beaucoup l'un de l'autre : un bonheur qui épanouit, un désir qui soit vite comblé, une complicité partagée, une compréhension réciproque au point de rêver cette relation. Le corollaire à cette idéalisation de la vie conjugale c'est que l'on exige que la personne avec laquelle on va vivre ou vit déjà soit parfaite comme sur les photos de mode en oubliant que la majorité sont retouchées.

 

Malheureusement la vie quotidienne ne nous protège pas des imperfections de laamoureux sous la pluie amoureux sous la pluie   relation, des défauts individuels, de l'expérience de l'échec, des difficultés que peuvent engendrer le chômage ou la maladie.

 

Face à la précarité d'une union bâtie en majeure partie sur le sentiment l'Eglise qui exalte l'Amour a bien conscience de la réalité concrète de la vie conjugale ne serait ce qu'en considérant l'évolution de son discours sur le mariage chrétien en moins d'un siècle.

 

En 1965, la constitution pastorale « Gaudium et Spes » issue du IIème concile oeucuménique du Vatican mettait l'accent sur la force du sacrement du mariage  "qui imprègne les époux de leur vie de foi, d'espérance et de charité afin qu'ils parviennent de plus en plus à une perfection personnelle dans une sanctification mutuelle."

 

Trente ans plus tard Jean-Paul II faisait le constat dans « Familiaris consortio » que si chacun avait une conscience plus vive de la liberté personnelle dans le mariage, la conception et l'expérience de cette liberté était malheureusement vécue comme une force autonome d'affirmation de soi, assez souvent contre les autres, pour son bien être égoïste.

 

Aujourd'hui le pape François dans « Amoris Laeticia » se place sur le plan des existences humaines concrètes. Il prend à bras le corps l'écart de ce que vit le couple, la famille avec l'idéal d'Amour que présente l'Eglise.

 

Sans essayer de rabaisser les exigences du mariage chrétien pour s'adapter à l'évolution des moeurs le pape souligne que l'amour conjugal est une réalité en croissance qui est appelée à mûrir et que le mieux c'est ce qui n'est pas encore atteint. Le vin bonifie avec le temps. L'Amour prend patience au contraire des irritations qui ne lui laissent aucune chance de progresser.

 

Parfois estimée, parfois décriée, l'Eglise témoigne aujourd'hui d'un réel dynamisme. L'Amour nous l'avons en abondance, à nous de lui donner vie par nos initiatives.

 

arbre coeur arbre coeur  

Christian Houdart

Fermer