Charles Le Brun au Louvre-Lens

A la découverte du peintre du Roi-Soleil

A la découverte du peintre du Roi-Soleil

 

IMG_7729 IMG_7729  

            Charles Le Brun. Un nom connu, un peintre, oui, du temps de Louis XIV. N’a-t-il pas peint le plafond de la Galerie des Glaces à Versailles, et aussi ces tableaux à la gloire de son souverain ? Certes, mais le connaissons-nous vraiment?

 

            Ce mardi 17 mai, l’exposition temporaire « Charles Le Brun le peintre du Roi-Soleil » était présentée à la presse par les deux commissaires, Bénédicte Gady et Nicolas Milonavic. Tous deux, passionnés par leur sujet, nous ont fait voyager à travers ce qui a été appelé « Le Grand Siècle », 1700 m2 de galerie, dans une scénographie imaginée par Maciej Fiszer : Surfaces mais aussi murs optimisés, formes et couleurs inhabituelles dans un musée. Rappelons que la dernière exposition consacrée à Charles Le Brun remonte à 1963 !

 

            Nous voici partis à la rencontre de Charles Le Brun. « On a souvent caché le peintre derrière le monarque, là on ne va voir que son talent » nous dit Bénédicte Gady. Passé à la postérité pour ses fonctions officielles, l’examen de « ses œuvres montrent, au contraire, le renouvellement incessant et l’extrême fécondité de son inspiration ………Son génie s’exprime aussi bien dans le très grand format –comme la tapisserie et les grands décors- que dans les esquisses plus intimes, qui mettent en valeur la justesse et l’émotion de sa touche. A propos de son style, Le Bernin parlait d’abondance sans confusion pour qualifier un art généreux et foisonnant, mais organisé de manière parfaitement lisible ».

 

            Parmi les 235 œuvres visibles au musée, lesquelles choisir ? Certaines n’ont jamais été IMG_7774 IMG_7774  exposées, d’autres ont une histoire, tel le Sacrifice de Polyxène, tableau découvert dans la suite de Coco Chanel, acquis en 2013 par le Métropolitan Museum of Art de New York et qui a traversé l’Atlantique pour le plaisir de nos yeux ; nous avons découvert des « cartons », esquisses faites par le peintre à exécuter par la Manufacture des Gobelins, des statues, conçues par lui et qui peuplent le jardin de Versailles. Un véritable maitre d’oeuvre des arts ; Que dire de l’Adoration des Bergers peinte en 1689? Jacques Thuillier écrira en 1968 : « ….par une sorte de paradoxe, l’œuvre du premier peintre de Louis XIV se conclut ainsi sur l’accent le plus dépouillé et le plus tendre ».

 

            « Oubliez que vous connaissez Charles Le Brun et regardez. Qui sait ? Peut-être même y prendrez-vous du plaisir » (Jennifer Montagu, membre honoraire de l’institut Warburg).

 

Chantal Erouart

 

Exposition du 18 mai au 29 août 2016 au Louvre-Lens

Liste complète des tarifs sur Louvrelens.fr

           

Article publié par Chantal Erouart - Délégué Communication de Lens-Liévin • Publié • 546 visites