Un couple engagé auprès des migrants

Des images à la télé qui bouleversent... une émotion qui se concrétise dans un engagement reposant sur leur foi.

Catherine et Christophe habitent Thiembronne. Il y a un an un reportage à la télé sur les migrants interpelle Catherine. "Comment accepter qu'on se mobilise pour des animaux perdus et qu'on laisse vivre des êtres humains ainsi ?"

Cette émotion ne sera pas stérile puisque très rapidement Catherine entraîne Christophe, qui l'avoue "au départ je me suis engagé par amour pour Catherine".

N'écoutant que leur cœur et sans trop réfléchir ils prennent leur voiture et se rendent à deux dans la Jungle de Calais. Ils n'arrivent pas les mains vides. Depuis quelques jours ils ont amassé couvertures, vêtements, produits alimentaires. "J'ai eu vraiment très peur" reconnaît Christophe ; en effet les bras chargés de sacs, il se voit entraîné derrière un hangar où là de très nombreuses personnes se jettent littéralement sur ses sacs pour tenter de saisir un petit quelque chose.

Cela ne les décourage pas pour autant, ils comprennent simplement qu'il leur faut agir au sein d'une association.

C'est à l'occasion de la conférence de Padre Pedro à la chapelle Sainte-Croix de Longuenesse que leur engagement se structure. Padre Pedro témoigne de son engagement auprès des sans-abri de Madagascar, qui vivent dans des conditions humaines révoltantes, dans la rue ou sur des décharges d’ordures. Et puis Padre Pedro invite un couple de Fruges à expliquer ce qu'ils vivent auprès des migrants dans le camp de Norrent-Fontes

.La semaine suivante Catherine et Christophe accompagnent Liecke et Daniel, acteurs de l’association ECNous (Eux c'est Nous). Depuis lors tous les vendredis, ou presque, ils prennent la route du camp. Catherine s'installe dans les vestiaires du terrain de foot d'Isbergues. C'est ici que les migrants pourront accéder aux douches, à des vêtements propres. Christophe assure, avec sa voiture personnelle, les navettes entre ce vestiaire et le camp de Norrent-Fontes. Vers 17 heures tout le monde a réintégré le camp, leur mission est achevée mais il n'est pas rare que Catherine et Christophe s'attardent, "Ils sont très accueillants et très reconnaissants, ils nous invitent autour d'un feu de camp animé par des chants et de la musique composée avec de petits instruments de fortune. Ils nous proposent de partager des beignets et moi qui était assez tatasse, je vis tout cela parfaitement"

Très récemment ils ont franchi une nouvelle étape. Ils ont proposé à Frisguy, un Érythréen de 29 ans à venir passer un week-end chez eux.

"La première nuit je n'ai pas très bien dormi" confie Christophe. "C'est la peur qui nous a plus paralysé au départ il y a tellement une mauvaise image sur eux " ajoute Catherine avant de poursuivre : "aujourd'hui quand on les connaît ils sont tellement gentils, toujours souriants, polis. Allez vous balader là où ils sont installés ne craignez pas . Vous les croiserez et vous aurez plus de "bonjour" et de "ça va" ou de "bonne journée" que lors de vos ballades en ville ou même au village".

Ils ont finalement hébergé Frisguy trois jours supplémentaires. " Pour moi, le plus dur fut de le ramener au bout de cinq jours dans le camp" déclare Catherine. "Oui, si Catherine était seule elle recréerait ici un camp d'hébergements mais on ne peut pas faire n'importe quoi vis à vis de la commune, de nos voisins Et d'ailleurs dans notre propre famille ils ont du mal à nous comprendre".

Leur ultime message est clair : "Si on est chrétien on ne peut pas ne pas agir. Bougez, ce sont des êtres humains. C'est une belle expérience à vivre. Tout le monde peut le faire et on n'a pas besoin de beaucoup d'argent"
Noël approche . Que proposera l'association Ecnous et les autres associations partenaires pour les personnes hébergées dans les camps ? Sans doute ne pourrons-nous pas y participer directement mais pourquoi ne pas interroger Catherine et Christophe, (leur manifestant à cette occasion nos encouragements), sur leurs besoins pour rendre cette fête de Noël plus belle pour eux... et pour nous !

 

Contacts : Catherine et Christophe Vivier 20 rue d'Ecuires - Thiembronne 06 50 09 12 99

Site Association ECNou : https://ecnou.org/

 

Francis Vandebeulque

Article publié par Francis Vandebeulque • Publié • 205 visites