Fête de la sainte Famille

Jésus, Lumière pour les nations et gloire pour Israël

Genèse 15, 1-6 et 21, 1-3 ; Hébreux 11, 8-19 ; Luc 2, 22-40

 

Quelques jours après Noël, nous voici invités à méditer sur “la sainte famille”. Quand nous visitons en pèlerins Nazareth, l’admiration nous porte vers la basilique, immense édifice des années 1960 qui recèle bien des trésors de l’art religieux autour de Marie. Dans l’espace extérieur, en forme de cloître, on trouve de nombreuses représentations offertes par chaque pays. Elle présentent Marie et l’enfant Jésus, selon le charisme propre à chaqque culture.

 

Eglise st Joseph, Nazareth Jésus, Marie, Joseph la sainte famille  
Eglise st Joseph, Nazareth
Eglise st Joseph, Nazareth
Au pied de la basilique, à quelques mètres, une église ne paie pas de mine. On l’appelle la chapelle saint Joseph. Ce modeste édifice garde quelques représentations de l’atelier du charpentier. On y voit ainsi Jésus, adolescent apprenant le métier de Joseph, son père, tandis que Marie regarde tout en vaquant à quelques affaires ménagères. Illustration datée du XIXème siècle, représentation fort édifiante. A-t-on vraiment besoin de manifestations dans les rues de Paris pour défendre la famille ?

 

Ce dimanche 28 décembre, méditons avec l'Ecriture, tout d'abord sur le dialogue entre Abraham et son Dieu : âgé, Abraham se rend compte qu’il partira bientôt sans descendance. Je remarque d’abord que, dans cette séquence, il n’est pas trace d’ange ou d’être céleste intermédiaire entre Abraham et Yahvé… Le dialogue est direct entre Dieu et l'homme. Ce n’est que bien plus tard que les écrivains sacrés feront intervenir des anges, conséquence fâcheuse de leur fréquentation des religions de Mésopotamie. Bref, cette prière d’Abraham avec son Dieu illustre le désir de tout homme, de toute famille d’avoir une descendance : "je m’en vais sans héritier…" Ce n’est pas une réclamation. Tout au plus un regret. Dans cette vision se révèle Yahvé qui accompagne Abraham, sous forme de promesse : "comme les étoiles du ciel telle sera ta descendance". Promesse d’un avenir, d’une continuité, d’une suite.

 

Nous retrouvons la souffrance due manque d’une descendance dans l’attente messianique du peuple juif tout au long de qon histoire, depuis le temps de Nabuchodonosor jusqu’à Jésus : qu’un fils soit donné à David, et qu’il conduise le peuple de Dieu par les verts pâturages. En l'absence de rooi, ce sont les prêtres, la cohorte des professionnels du Temple qui prendront le pouvoir, et ils excommunieront bien des hommes du peuple, pour n'avoir pas respecté àla lettre les prescriptions de la Loi lévitique. Au temps de Jean-Baptistes, les hommes du peuple se savetn pécheurs et condamnés par la haut autorité. Ils attendent, espèrent. Les disciples de Jésus, les premiers chrétiens revendiqueront que Jésus soit le fils promis, celui qui rassemble et conduit le peuple de Dieu. Les premiers chrétiens ont mis dans la bouche de Syméon cette certitude : “mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière pour les nations, gloire pour Israël. Avec Jésus ce n'est plus la condamnation qui est proclamée, mais la bénédiction pour tous.

 

Le mot famille peut aujourd'hui entrainer fort heureusement notre esprit et notre cœur à penser à la famille humaine tout entière appelée à ne former qu’un seul corps, une grande famille de tous pays, qui pourra dire la prière de Jésus unie dans un même Esprit : Notre Père. Cette famille est encore à faire. Elle attend que nous soyons dans la suite d’Abraham ceux qui ose encore parler avec Dieu,  lui exprimer ce que l’on a de plus cher au cœur… la paix viendra quand les cœurs déchirés accepteront d’entendre la Parole de Jésus : je vous donne la Paix… E.H.

 

Fermer