J’ai encore d’autres brebis…

4ème dimanche de Pâques

Actes 4, 8-12 ; 1 Jean 3, 1-2 ; Jean, 10, 1-18

 

Méditer l’attitude du Christ au long de sa vie terrestre, vouloir conformer notre vie à la sienne peut aider à donner sens à chacune de nos vies, expliciter quelle peut être notre vocation, que l’on soit prêtre, religieux ou fidèle laïcs du Christ comme l’écrivait Jean-Paul II.

 

Voyez comme il est grand l’amour dont Dieu nous a aimés, affirme st Jean dans sa première lettre. Cela doit déjà orienter notre action de grâce, non pour ce que nous avons fait, mais pour ce que lui a fait pour chacun de nous : enfants de Dieu, nous le sommes déjà ! L’Evangile insiste prioritairement sur la relation forte qui existe entre le pasteur et les brebis. Cela pourrait suffire à alimenter notre méditation et à donner sens à notre existence : vivre et développer les relations entre lui et moi. Bien des vocations se sont développées dans cette perspective de la relation amoureuse et interpersonnelle entre le Christ et son disciple. La suite de cette page n’aurait pas de sens, s’il n’y avait d’abord cette confiance réci

proque.

Cependant Jean l’évangéliste n’oublie pas la précision qu’apporte Jésus : « j’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas dans cette bergerie : celles-là aussi, il faut que je les conduise ». A nous d’en tirer les conséquences. Bien sûr chacun pourrait attendre que le Christ fasse lui-même le travail de rassembler les brebis hors du bercail ! Cela nous rassurerait, mais cela empêcherait que nous soyons conformés au Christ. Et cela ne serait pas conforme à l’attente du Christ. En effet, si nous relisons l’évangile de Matthieu ch.9,36 à 10, 8, nous voyons que le Christ, après avoir rencontré une multitude de gens déclare qu’ils sont comme des brebis sans bergers, puis que la moisson est abondante. Cette méditation de Jésus se termine par la désignation et l’envoi des Douze avec mission de faire ce que lui-même a commencé : “En chemin, proclamez que le règne des cieux s’est approché”.

 

En ce dimanche, journée de prière pour les vocations, puissions-nous méditer sur notre propre vocations et découvrir que toute vocation est tout à la fois appel et envoi.


 

Prière de Benoit XVI pour les vocations
 

Ô Père,
Fais se lever parmi les chrétiens
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce,
qui maintiennent la foi vivante et gardent
une mémoire pleine de gratitude de ton Fils Jésus

par la prédication de sa Parole et l’administration
des sacrements avec lesquels
tu renouvelles continuellement tes fidèles.

 

Donne-nous de saints ministres de ton autel,
qui soient d’attentifs et fervents gardiens
de l’Eucharistie, sacrement du don suprême
du Christ pour la rédemption du monde.

 

Appelle des ministres de ta miséricorde,
qui dispensent la joie de ton pardon
par le sacrement de la Réconciliation.

 

Fais que l’Eglise accueille avec joie
les nombreuses inspirations de l’Esprit de ton Fils
et, qu’en étant docile à ses enseignements,
elle prenne soin des vocations au ministère
sacerdotal et à la vie consacrée.

 

Soutiens les évêques, les prêtres, les diacres,
les consacrés et tous les baptisés dans le Christ,
afin qu’ils accomplissent fidèlement leur mission
au service de l’Evangile.
 

Fermer