Marthe, Marie et Jésus

16ème dimanche ordinaire

Dimanche 17 juillet

Genèse 18, 1-10 Abraham et ses hôtes ; Colossiens 1, 24-28 ; Luc 10, 38-42

 

Ce dimanche et dimanche prochain nous lirons deux récits concernant Abraham. Si nous en avons le loisir, nous pouvons lire cet ensemble et relier ainsi les différentes “pièces détachées” que nous livre la liturgie au long de son cycle. Le cycle d’Abraham-Isaac-Jacob s’est trouvé fortifié au temps de l’Exil quand il fallut faire découvrir à Israël en Exil que la terre qu’ils foulaient au 6ème siècle était déjà la terre sacrée des ancêtres. Le récit de ce dimanche donne à voir Abraham accueillant des visiteurs mais nous laisse sur notre faim quand à l’annonce de la naissance d’une descendance à Abraham… promesse déjà faite au ch. 12 ! Au chapitre 25, le rédacteur n’oubliera pas de signaler la descendance d’Ismaël, l’autre fils d’Abraham, une descendance de douze là aussi.

 

Les nombreuses péripéties de la vie (en partie romancée) d’Abraham est l’occasion de présenter quelques qualités que devrait revêtir tout homme croyant devant Dieu et devant les hommes. Ainsi le trait d’hospitalité, sans doute répandue chez bon nombre de tribus des steppes entre Assyrie et Palestine est-elle intégrée à l’histoire des ancêtres d’Israël. On retrouvera ce trait d’hospitalité dans les activités “ordinaires des synagogues”, puisqu’elles accueillaient le visiteur en déplacement (souvent un pèlerin vers la ville sainte). Quand Paul exercera son ministère de prédication, il pourra compter sur l’hospitalité des diverses communautés juives qu’il traversera… à condition  que son enseignement soit fidèle à la tradition mosaïque ! Désormais on confie au secours catholique le soin de gérer l’hospitalité des temps modernes. La présence de nombreux migrants, de gens du voyage dans la région ont amené des chrétiens à prendre leur part de l’accueil de l’étranger (cf. Mt 25 et les œuvres matérielles de miséricorde). Ce peut être l’occasion de se réunir avec quelques chrétiens pour voir comment le visage d’Abraham se continue dans nos propres vies. Cela a beaucoup changé depuis les époques bibliques. Cependant il arrive encore bien souvent que quelqu’un frappe à la porte à l’improviste.

 

La seconde lecture propose quelques lignes de la lettre aux Colossiens, commencée la semaine dernière. Les maisons d’Evangile auront l’occasion de la lire dans son entier. Nous entendrons une fois encore Paul insister sur le ministère premier qui est celui de l’annonce de Jésus-Christ, Jésus-Christ parmi nous. On a eu quelque chose de semblable en 1 Corinthiens ch. 1 et 2, mais aussi en Philippiens 2. Il en est de même avec Galates où l’insistance porte sur la foi en Jésus et nom la mise en œuvre de la Loi pour obtenir ce qu’il appellera plus tard la réconciliation avec Dieu. La circoncision n’et rien tout comme l’incirconcision écrit-il, seule compte la reconnaissance en Christ donné par Dieu le Père.

 

Enfin, l’Evangile, en écho à l’histoire d’Abraham raconte l’accueil de Jésus par Marthe. Il y a une petite altercation entre elle et a sœur : servir en préparant le repas, ou bien servir en se mettant à l’écoute de la parole du maître. Jésus semble trancher en sa faveur, selon notre habitude de lecture. Mais y a-t-il réelle opposition entre les deux attitudes. Non pas opposition, mais complémentarité, avec le souci de ne pas se laisser déborder. On peut accueillir Jésus de manière active par la multitude des petites attentions ; on peut aussi l’accueillir en se mettant aux pieds de Jésus. L’une n’exclue pas l’autre, c’est l’un et l’autre !

Fermer