Mor Ephrem

Eglise Saint Léger à Lens

Un écho du concert « Mor Ephrem » en l’église Saint Léger à Lens

 

D1-Mor Ephrem D1-Mor Ephrem                  Dans le cadre de l’exposition du Louvre-Lens sur  la Mésopotamie  et du colloque organisé par la Maison Nicodème sur ce même thème, l’église Saint Léger a accueilli ce dimanche 22 janvier l’ensemble syriaque « MOR EPHREM » basé à Enschede aux Pays Bas, composé  de chrétiens de l’Eglise d’Orient. 9 musiciens, 28 choristes et 3 solistes qui ont présenté dans la langue du Christ de courts chants à caractère surtout liturgique.

 

Le nom de cet ensemble se rattache à Saint Ephrem (306-373) né en Mésopotamie, diacre, professeur, ascète, serviteur des pauvres et théologien, nommé Docteur de l’Eglise en 1920, appelé entre autres surnoms : « le soleil des syriens » « la harpe du Saint Esprit »  il connut dans sa jeunesse les persécutions de l’Empereur romain Dioclétien et l’écriture musicale des chants qui nous ont été présentés reste empreinte d’une certaine tristesse et nostalgie en raison des désastres connus de tous temps par la Syrie.

 

Nous avons aimé cette musique tantôt grave, tantôt aigue parfois discordante interrompue par le son tragique du tambour, une musique aux séquences répétées sur les notes aigues d’un archet  glissant sur un violon ou sur un violoncelle et qui nous engage pour un court  instant vers un recueillement  intérieur et sur un autre chemin.

 

L’ensemble « MOR EPHREM » se produisait pour la première fois en France en notre église Saint Léger grâce au dynamisme de la Commission Culturelle de la Maison Nicodème. Nous remercions l’abbé Vincent Blin et son équipe de cette richesse reçue aujourd’hui.

 

                                                                                                                                                             Claude Giraud

 

Article publié par Chantal Erouart • Publié • 158 visites