Venir à la lumière

Edito N°06 - Eglise d'Arras

Lumiere Lumiere  C’est devenu un lieu commun, un rite profane que d’allumer une bougie et de faire procession dès qu’un évènement douloureux vient percuter une vie. Devant la fatalité, ou la méchanceté humaine, il n’est pas d’autre signe à opposer que la flamme qui déchire l’obscurité, vacillante au souffle de la brise ou de la tempête… dernier geste d’espoir dans un monde vacillant.

Les pèlerins à Lourdes déposent le cierge qui rappellera leur prière au Seigneur par Marie. Les catéchumènes, comme les nouveaux baptisés reçoivent le cierge qui est allumé au cierge pascal. Ce temps de carême qui prépare à Pâques est une marche vers la lumière, un temps pour réorienter le regard et les pas des hommes. 

L’évangile de Jean fait entrevoir Nicodème dans sa rencontre de nuit avec Jésus. Il cherche, mais il ne semble pas avoir trouvé la lumière et moins encore suivi le chemin proposé. L’évangéliste termine le récit de cette rencontre par un appel à faire la lumière, à venir à la Lumière. C’est seulement au chapitre suivant que nous voyons la samaritaine en pleine lumière de midi découvrir et annoncer à ses concitoyens le Messie, Christ sauveur du monde. L’évangile offre une multiplicité de rencontres avec Jésus. Certaines portent du fruit, d’autres non. Il en est de même aujourd’hui pour les chrétiens, au milieu des hommes de ce temps.

Les membres des EAP, dans les temps de formation ont été invités à éclairer leurs choix, leurs projets à la lumière de la mission commune du Christ et de l’Eglise. Le 26 mars, ils seront invités à porter la lumière, avec l’ensemble du peuple chrétien. Heureux ceux qui mettent leurs frères humains sur le chemin de Jésus… avec Lui, ils entreront dans la Lumière de Pâques.


Emile Hennart

Fermer