Dimanche 30 avril 3 ème dimanche de Pâques

Actes 3, 13-19; Luc 24, 35-48

 

Il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures.

 

Cette phrase conclue le récit des disciples sur le chemin d'Emmaüs (aller et retour). C'est après la mort de Jésus, deux disciples s'en retournent au pays. Pour eux l'aventure est terminée et l'espérance morte. Voici qu'ils sont rejoints par un troisième. A la vue de leur tristesse il leur fait raconter leur expérience, les amène à rapprocher leur expérience humaine de textes de l'Écriture. Les commentateurs ont bien raison de voir dans ce récit comme une démarche symbolique, dans laquelle les communautés chrétiennes d'hier et d'aujourd'hui sont appelées à interpréter leur vie à la lumière de l'Évangile pour reconnaître l'amour de Dieu présent au milieu d'eux...  Je cherche le visage du Seigneur... tout au fond de vos coeurs !

 

Cependant peu de commentateurs relèvent un détail: comment se fait-il que ces disciples, qui ont passé près de trois ans en compagnie d'un éminent enseignant, le Seigneur Jésus lui-même, ne soient pas en aptitude à interpréter les Écritures? L'Écriture, ils la connaissaient, mais sans doute pas cette manière particulière qu'avait le Seigneur Jésus de relier telle et telle phrase de l'existence concrète qui était là leur... Pour donner sens et interprétation, il demande de prendre le temps de faire récit de ce qui s'est passé pour eux et autour d'eux depuis la dernière rencontre. C'est alors que leurs yeux s'ouvrent et qu'ils comprennent que le Seigneur reste proche d'eux. Le père Congar, cardinal dans ses derniers jours, expliquait, aux temps du concile qu'il se représentait le croyant comme un homme tenant d'une main l'Évangile, de l'autre le journal... l'un et l'autre pouvant s'éclairer mutuellement.

 

L'intelligence de la foi, l'interprétation des Écritures, ce n'est pas seulement la connaissance, le savoir, c'est aussi mettre en relation le concret de l'existence avec ces paroles écrites pour nous par d'autres disciples. Il est heureux aujourd'hui, de voir la catéchèse appeler à faire expérience croyante ensemble et pas seulement à connaître l'histoire de Jésus et des prophètes. Il existe bien des communautés qui prennent le temps, comme les disciples d'Emmaüs de faire le récit de ce qui s'est vécu chez eux et autour d'eux, d'y discerner les traces de l'Esprit de Dieu. En langage musical, on pourrait dire qu'ils repèrent des consonances entre leur vécu et la Parole de Dieu. Heureux sont-ils ceux qui savent entendre les harmoniques de l'amour de Dieu dans l'histoire des hommes.

 

A lire dans Eglise d'Arras : Le temps de Pâques; temps forts avec les jeunes; ordination diaconale, les évêques et les question des migrations

Fermer