Amettes 2004

Le père Raymond François a prêché la neuvaine Benoît Labre à Amettes. Il nous partage quelques éléments de la méditation.

ametbenoit ametbenoit  Quatre temps au cours de chaque journée, avec des groupes différents : les missionnaires, les retraités, les prêtres, les équipes du Rosaire, les malades, les blessés de la vie, les membres des EAP. Eucharistie, temps de réflexion et de prière, projection sur la vie de Benoit, partage et temps de fraternité. 250 jeunes lors de la marche du samedi ; soirées de prière pour les paroisses nouvelles des alentours : Pernes, Saint Venant, Isbergues, Lillers, Aire Thérouanne

Le thème de cette année était « A cœur ouvert »? écho au souhait des trois cœurs dont Benoît avait réclamé l’attention à la fille malade de la famille Fiordi : « Comment devons-nous aimer Dieu ? » Il lui avait répondu : « pour aimer Dieu, il faut trois cœurs en un seul : le premier doit être de feu envers Dieu et nous faire penser continuellement à lui, agir constamment pour lui.  Le deuxième doit être de chair envers le prochain et nous porter à l’aider dans ses besoins spirituels par l’instruction, le conseil, l’exemple et la prière. Il doit s’attendrir pour les pécheurs. Le troisième doit être de bronze pour soi-même et résister sans relâche à un amour égoïste de soi.

 Venus pour nous mettre à l’écoute de Benoît Labre, avec lui nous avons voulu entendre battre le cœur de Dieu, nous laisser interroger par le cœur du Christ : « marches-tu avec moi ? Ta vie chrétienne est-elle une marche dans la foi, pas à pas ? Marches-tu avec le Christ, à ton propre rythme, en s’entraidant les uns les autres, en respectant le rythme des autres, sachant reconnaître dans la foi des plus pauvres un appel à rajeunir sa propre foi, les uns initiant les autres avec humilité.

L’expérience de Benoît Labre pouvait servir de points de repères pour notre propre conversion, notre marche à la suite du Christ ressuscité. L’expérience humaine et spirituelle de Benoît était un appel à dire « je crois », à la suite de ceux qui nous ont précédés, un appel à vivre le compagnonnage avec le Christ qui est passé par la Croix, appel à vivre le temps de la renonciation, pour découvrir un Dieu qui s’offre à nous, le premier, gratuitement. Enfin ce temps de méditation et de prière était un envoi dans le monde, avec la force fragile de la Promesse de Jésus, de marcher à nos côtés.

amacoeur amacoeur  Le « à cœur ouvert » de la neuvaine était un appel à aller, avec Benoît Labre, au coeur de la foi.
 
Méditer à partir de la représentation de Benoit (ci-contre) : orientations :
Le cœur : cœur de feu, cœur de chair, cœur de bronze
Les mains aux doigts ouverts et démesurés : l’une sur la croix, l’autre tournée vers l’humanité.
Les pieds, démesurés, du marcheur à la recherche de l’absolu de Dieu.

Article publié par A. Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 2739 visites

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF