Baptisés, confirmés, eucharistiés, ordonnés

Edito N°13 - Eglise d'Arras

Au cours du trimestre écoulé il a beaucoup été question, dans la revue diocésaine, des différents sacrements de l’Eglise. Trois d’entre eux ont été particulièrement honorés : le baptême, l’eucharistie et la confirmation. Ils sont appelés les sacrements de l’initiation. Tous trois ouvrent à une dimension particulière de l’expérience croyante : être plongé dans la Vie de Jésus-Christ ; participer à la vie communautaire dans l’action de grâce ; être bousculé par le don de l’Esprit saint pour entrer en communication avec l’autre différent et lui témoigner du don de Dieu.

Les chemins par lesquels on découvre la vie chrétienne sont multiples : pour certains c’est la lecture, pour d’autres, l’appel d’un ami et le réveil d’une foi endormie, pour d’autres le cri exprimé au fond de la détresse, mais pour tous, ce fut un itinéraire à plusieurs, dans la durée et la persévérance. Les chrétiens sont appelés, par définition, à faire Eglise, c’est-à-dire à devenir communautés vivantes autour du Christ, à être reconnus par l’amour qu’ils portent les uns aux autres. Ils sont appelés à rendre intelligible l’expression « je crois ». Comprendre ce que l’on croit donne le goût de la foi, même si parfois l’étude de l’Ecriture et de l’enseignement de l’Eglise décapent (mettent à neuf) les premières images et représentations de Dieu et de l’Eglise enfouies dans notre subconscient.

Plusieurs ordinations ont eu lieu ou auront lieu prochainement. Par le sacrement de l’Ordre, des diacres, des prêtres, des évêques, sont ordonnés au service de l’Eglise. Ils sont appelés à signifier quelque chose du rapport du Christ à son Eglise, dans l’ordre du service, de la prière, de la conduite de la communauté et dans l’ordre de l’annonce et du témoignage. Pierre Bizet ordonné diacre à 63 ans en vue du ministère presbytéral, ce n’est pas un simple rêve d’enfant, c’est le désir de voir tout la vie humaine, et tous les fils d’hommes rassemblés sous le regard de Jésus-Christ. C’est vouloir “garder, dans un même regard, l’attention aux trois réalités de l’existence humaine que sont le politique, le religieux, le social”. De par son expérience, Pierre sait de quoi il parle.

Ce numéro 13, de juillet 2006, arrive au début des vacances, temps où l’on se ressourcera : reprendre des forces physiques et spirituelles, développer des relations parfois distendues par le travail, les déplacements et le stress, donner libre cours à la “re – création”. Peut-être aurons-nous un peu de temps pour relire les évènements de ces derniers mois, évènements personnels, sociaux et ecclésiaux. Sans doute pourrons nous découvrir la trace de l’Esprit-Saint à l’œuvre dans son Eglise et dans le monde. Peut-être entendrons-nous aussi l’appel à donner du temps pour tel service ou pour telle charge de la vie d’Eglise comme le rappelait Jean-Paul II : l'Esprit du Seigneur appelle le fidèle laïc à divers ministères et diverses charges*. (Exhortation apostolique « Christifideles laici » n° 21-26)
Emile Hennart

Fermer