Il manifesta sa gloire

Interprétation de l'expression

"le mot gloire", dans l'évangile de Jean, et le Nouveau Testament. 

 

Le mot gloire est une traduction d'un mot hébreu dont la racine "kâbôd" signifie "ce qui a du poids". Une manière irrévérencieuse de traduire la gloire de Dieu serait d'écrire: "Dieu, ce n'est pas du vent!"

 

Dans le premier Testament, Moïse et Elie possèdent la gloire de Dieu, parce qu'ils sont associés à l'oeuvre de Dieu et qu'ils sont retournés à Dieu de façon mystérieuse (Moïse sur la montagne et Elie emporté dans le char de feu)

 

Dans l'évangile de Jean, la Gloire de Jésus c'est ce qui le fait apparaître comme le Fils unique, l'envoyé du Père. Il reçoit cette gloire non des hommes mais de Dieu. L amanière donyt Jean traite de la mort/résurrection de Jésus c'est de faire entendre que c'est le mopment d ela glorification... le moment où ul sera reconnu comme Fils de Dieu (voir la page "l'heure...)

 

A la différence des évangiles Marc Matthieu et Luc, l'évangile de Jean n'est pas construit comme une lente montée vers le calvaire, comme s'il s'agissait de faire monter la pression dramatique d'un conflit qui amènera à  l'exécution  du héros du livre. Jean pose page après page les jalons, les signes qui invitent à entrer dans la pleine révélation de qui est Jésus, à mesurer quelle relation Jésus entretient avec le Père, et à quelle relation envers Dieu-Père nous sommes amenés à entrer, grâce à Jésus.

 

La mort du Christ est présentée comme une "élévation": quand j'aurai été élevé de terre, j'attirerai à moi tous les regards, invitation à prendre la mesure de l'amour dont le Père nous a aimé... il n'a pas refusé son propre Fils, il nous l'a donné pour que par lui, nous ayons la Vie en plénitude... Ce langage est sans doute dur à entendre... c'est un reproche qu'on a adressé au Christ du temps de sa présence physique au milieu des siens!

 

Jean chapitre 13: "Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure était venue, l'heure de passer de ce monde au Père, lui, qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu'à l'extrême. Voici que l'heure vient, et maintenant elle est là, où vous serez dispersés, chacun allant de son côté, et vous me laisserez seul: mais je ne suis pas seul, le Père est avec moi. après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel et dit: "Père, l'heure est venue, glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie.

Invitation à lire le récit de la passion selon Jean, ou encore  l'heure...

 

A la fin de ce parcours sur l'évangile des noces de Cana...

 

L'exercice qui t'est proposé au cours des pages du dossier 'Cana' ainsi que les liens affichés peuvent apparaître comme un exercice réservé à un littéraire ou un intellectuel : "c'est un bel exercice!". Ce n'était pas l'objectif de ces pages, car cette manière de lire est une première étape pour celui qui accepte d'entrer dans l'Écriture avec le souci d'éclairer son regard de croyant, tout en respectant le regard que Jean pouvait porter sur Jésus, dans les années 90, lorsqu'il écrit l'Évangile.  C'est une démarche intellectuelle honnête que de vouloir respecter la pensée de celui qui a écrit les textes, plutôt que de vouloir immédiatement tirer des interprétations et des conclusions, selon mon désir.

 

Je suis intimement persuadé que l'apôtre Jean, dans un acte de relecture a "interprété" la présence de Jésus lors d'un mariage, non seulement pour nous dire "Un jour, Jésus s'est trouvé à un mariage et il a été très gentil avec eux en les délivrant de la honte d'avoir été imprévoyants etc...". Le regard de contemplation deJean l'entraîne à dire que le Christ est celui qui vient refaire toute choses nouvelles. C'est par Jésus, dans sa mort-résurrection, que s'accomplit la nouvelle alliance, les noces de Dieu avec son peuple. Ce n'est plus par un certain nombre de pratiques anciennes que l'on est purifié,  mais par le fait que le Christ, Parole de Dieu s'est rendu présent au milieu de nous...

" il a planté sa tente parmi nous, il a habité au milieu de nous et nous avons vu sa gloire..." Jean 1.

 

J'ai souhaité t'inviter à reconnaître la pensée et la foi de Jean envers le Christ avec le secret espoir que toi aussi, tu répondes à la question: "pour toi, qui est Jésus?". J'ai le secret espoir que, toi aussi tu en arrives à donner ta foi au Christ, celui qui réconcilie le ciel et la terre, celui qui vient fêter les noces de Dieu avec son peuple, peuple dont tu peux faire partie. A toi de choisir. Mais peut-être souhaites-tu en savoir plus sur ce Jésus dont les premiers apôtres ont été témoins. 

n'hésite pas à rencontrer d'autres croyants. 

Tu peux aussi m'envoyer quelques mots par courriel.Emile hennart
Fermer