Le diaconat

A quoi bon ordonner des diacres, les laïcs ne suffisent-il pas?
Le diacres n'en "fait" pas plus que certains laïcs engagés dans le service de l'Eglise. Après son ordination, un engagement à vie. Je diacre n'est
plus seulement une personne privée. c'est aussi une personne publique. II est un signe vivant et concret dans des milieux où l'Église et le Christ sont méconnus.

 

Quelle est la mission du diacre ?
En tant que ministre ordonné, il rappelle à l'ensemble des baptisés qu'ils sont signes de l'amour de Dieu et de la présence du Christ pour les hommes. Ils sont plus particulièrement attentifs aux situations de détresse et à ceux qui sont loin de l'Église, ils annoncent la parole. ils portent à l'autel tous ceux avec qui ils sont insérés dans le monde. En lien avec la Pastorale du secteur, ils peuvent célébrer des baptêmes, bénir des mariages et présider des funérailles.

 

Les diacres sont-ils sous les ordres des prêtres?
Non. le diacre n'est pas lié au prêtre mais à l'évêque et à ses collaborateurs. Tous deux, prêtres et diacres, sont des ministres ordonnés associés à un titre différent à la mission de l'évêque. Ils sont comme "les deux mains du Père" pour reprendre une expression utilisée par Irénée de Lyon. Les diacres existent-ils pour pallier le manque de prêtres ?
Non. ce sont des ministères différents et complémentaires. Le prêtre a un ministère de présidence de rassemblement, il rappelle le sacrifice du Christ par la
consécration dans la célébration de l’Eucharistie. Le diacre a un ministère de
service, de charité, il rappelle le Christ serviteur. Ce ministère apporte sa note originale dans le dialogue entre l'Église et le monde.

 

Les diacres sont-ils mariés ?
Habituellement, l'Église ordonne diacres des hommes mariés (à partir de 35 ans et, en principe. pas après l'âge de la retraite), mais aussi des célibataires qui s'engagent à le rester.

 

Quel est le rôle de l’épouse dans le diaconat?
Par sa disponibilité. ses conseils, son
écoute particulière, elle est un appui important pour son action. Elle veille à un bon équilibre entre des engagements divers et la vie de famille.

 


Des diacres, pour quoi faire ?

 

diaconat diaconat  Le diaconat permanent.

Il y a 40 ans, Vatican II rétablissait le diaconat comme ministère permanent, c’est à dire exercé de manière durable, par des hommes mariés ou célibataires, dans une perspective différente de celle du ministère presbytéral.

 

Aux origines.

Le diaconat remonte aux origines de l’Eglise ; les écrits apostoliques mentionnent auprès des épiscopes, des diacres et des presbytres. Les diacres étaient les collaborateurs de l’évêque, membres de son conseil. A l’écoute des problèmes concrets, chargés de la gérance, de la répartition des biens, et des relations avec les autres Églises locales, les diacres avaient une grande influence et une bonne connaissance de l’Église locale ; il arrivait qu’on choisisse les évêques parmi eux.
Le ministère diaconal permanent a connu son apogée aux IVème  et V ème  siècles, puis des mutations profondes, avant de décliner, puis de disparaître, vidé de sa substance à la fin du premier millénaire. Il devient alors une étape du cursus clérical.
Pourquoi donc rétablir un ministère qui a perdu sa spécificité ? En raison des nouveaux besoins de l’Église dans les pays pauvres, et de son héritage.

 

En France, l’assemblée plénière de l’épiscopat a voté en 1966 le principe du rétablissement du diaconat. Les orientations données en 1967 l’inscrivent dans l’effort missionnaire selon 3 directions : « le pôle de la non-croyance, le pôle de la misère, le pôle du développement ».
A ce jour, il y a en France 1850 diacres en ministère actif. Notre diocèse en compte 28 ; ils seront 32  le 10 avril.

 

Diacre, signe efficace du service. Si le nombre des diacres augmente régulièrement, le  sens de ce ministère apparaît encore flou pour de nombreux chrétiens et suscite beaucoup de questions : pourquoi l’Eglise a-t-elle besoin de diacres ? que peut faire le diacre ? qu’a-t-il de plus que le laïc ? quelle part peut-il prendre dans les célébrations ? Dans le contexte de raréfaction des prêtres, il peut être tentant de les tirer vers les charges ecclésiales.
Or, le diacre est ordonné « non pas en vue du sacerdoce, mais en vue du service ». C’est là son identité propre. Dans l’Eglise « sacrement du Christ » et « peuple de Dieu », le ministère diaconal manifeste aux autres, ministres ordonnés, laïcs, religieux, quelque chose qui engage l’identité de l’Eglise dans sa dimension de service : ce que le Christ attend de son peuple tout entier, c’est qu’il vive et fasse vivre en charité (Mt 25) ; cette dimension n’est pas une option : elle est inhérente à l’Église.
Tous sont appelés à être serviteurs à la manière du Christ. Quelques uns sont diacres pour être signe, témoin, animateur, veilleur et éveilleur de cette dimension.

 

 Ministre du seuil , le diacre est à l’articulation de l’Église et du monde. Aux chrétiens de la communauté, il signifie que l’esprit et les activités de  service dans lesquels ils sont engagés s’enracinent au delà d’eux même dans le Christ serviteur.
Le ministère diaconal est appelé à témoigner de la sollicitude du Christ et de l’Église à l’égard des plus pauvres, des plus éloignés, et la valeur que le Seigneur donne à leurs activités au service du bien être physique, moral, familial, social…des autres. Il continue et actualise le geste du Christ le jeudi saint, quand il lave les pieds des disciples. Le ministère diaconal puise ses racines dans le souci des premières communautés chrétiennes à venir en aide aux frères et sœurs démunis de l’Église primitive. A nous d’entendre, aujourd’hui et avec eux, les appels pressants des blessés de la vie…

 

Geneviève Jovenet

Fermer