1 er octobre, 26ème dimanche ordinaire

26ème dimanche ordinaire

Nombres, 11, 25-29; Jacques 5, 1-6; Marc 9, 38-48

 

Qui est avec qui?

L'habitude de dire "qui n'est pas pour nous est contre nous" se trouve mise en porte-à-faux devant la parole de Jésus: qui n'est pas contre nous est pour nous... Ceci élargit considérablement le nombre de ceux que nous devons considérer comme des nôtres. Quand  Jean demande à Jésus de faire tomber le feu du ciel sur tous ceux qui n'ont pas fait allégeance de manière significative, il ne nous est pas interdit de penser à l'utilisation de la violence soit pour venger l'honneur de Dieu soit pour obliger à "passer du bon côté". Telle n'est pas l'attitude de Jésus. On peut admirer la générosité de Jésus, on peut aussi la mettre ne pratique en Eglise, où l'on a tellement envie de compter les siens, de se donner des critères objectifs pour le pointage.

 

Eliminer le scandale en nous

Nous sommes tous d'accord pour éliminer les auteurs de scandale autour de nous, car nous voulons un environnement propre. En général, nous nous contentons de dénoncer, parfois de calomnier, mais plus souvent de crier haro sur le fauteur de troubles. Faire le ménage devant sa porte,  OK.

Mais quand le Christ demande de balayer devant notre porte ou en notre for intérieur, quand il demande d'éradiquer en nous ce qui pousse au mal, nous sommes alors invités à un sérieux "examen de conscience". Quand donc m'arrive-t-il de devenir scandale pour le frère? simplement quand j'oublie de donner le verre d'eau dont il a besoin pour vivre. Avant de se couper la main ou le pied, utilisons-les à bon escient, il y a tant à faire pour que vienne le Royaume de Dieu

 

 

Fermer