Annoncer l'évangile dans la langue d'aujourd'hui

Edito N°18 - Eglise d'Arras

Plusieurs anniversaires viennent agrémenter le calendrier de l’Eglise : Secours catholique, Action catholique des enfants, commission diocésaine d’Art sacré. C’est l’occasion de rassembler et de fêter ceux qui ont pris part à la vie de l’Eglise, à l’annonce de l’Evangile. C’est l’occasion de mesurer le chemin parcouru et d’évaluer celui qui reste à inventer et à parcourir.

Les uns auprès des enfants et des jeunes en favorisent un tiers-lieu indispensable dans l’éducation, comme le rappelait Mgr Dagens. D’autres en se rendant proches du faible et du démuni ; d’autres encore en développant tout à la fois l’admiration pour le patrimoine et la créativité pour des d’œuvre modernes qui disent quelque chose de Dieu au monde contemporain.

Car tel est le défi pour les croyants d’aujourd’hui : porter encore et toujours la Bonne Nouvelle que Dieu nous aime et s’est rendu proche de nous. Le chrétien ne fait pas mémoire du passé, il rend présent aujourd’hui, “hic et nunc”, comme le rabâchait mon vénéré maître Bernard Quinot, celui qui a donné sa Vie pour nous.

Les ouvriers clercs sont moins nombreux qu’hier, mais les ouvriers laïcs ont développé des talents insoupçonnés, en parlant la langue du peuple. Ils ont prêché et ils continuent à prêcher dans un monde emporté par le culte de la rentabilité et dogme de l’individu roi au-dessus des masses enfoncée dans la précarité, ignorant l’étranger qui frappe à la porte du monde dit civilisé. Heureux sont-ils de relever le défi de vivre en homme et en frère. Puisse retentir à nos oreilles l’appel de Dieu à Moïse : “va, je t’envoie”, ou la parole de vision reçue par Paul à Corinthe : j’ai un peuple nombreux dans cette ville. Surtout ne te tais pas » ! Que chacune équipe d’animation de paroisse puisse engager l’année de l’appel en ouvrant large les portes et les fenêtres de l’Eglise au souffle de l’Esprit*

 

Emile Hennart

 

*Expression de Jean XXIII pour l’ouverture du Concile Vatican II

Fermer