3 décembre 2006

Edito N°20 - Eglise d'Arras

Avec le temps de l'Avent, une nouvelle année liturgique s'ouvre pour les baptisés, une nouvelle année pour vivre au rythme de Jésus, Christ: comme lui, marcher au milieu des hommes de son temps.

Hier comme aujourd'hui, l'homme blessé attend d'être relevé, réconcilié. Le peuple des baptisés est tout à la fois celui des réconciliés avec Dieu et celui qu'II envoie porter la réconciliation. Les laïcs fidèles du Christ, comme l'écrivait Jean PaulI!, "ont vocation à la sainteté dans leur insertion dans les réalités temporelles et dans leur participation aux activités terrestres" (Les laïcs fidèles du Christ, § 17¨). Le pape précise: "Travailler à la vigne du Seigneur". et "la vigne, c'est le monde entier"

 

Parmi les baptisés, certains sont appelés d'une manière particulière comme ministres ordonnés au service de l'Eglise.

D'autres témoignent de la grâce du Seigneur dans la vie consacrée. Pour vivre sa mission, l'Eglise a besoin de ministres ordonnés; elle a besoin de vies consacrées. Ce sont des vocations toutes différentes. L'une est participation à la triple charge de gouvernance, d'enseignement et de sanctification; l'autre témoigne qu'un autre monde nous est offert.

 

En ouvrant l'année de l'appel, nous pourrons méditer le visuel ci-contre: j'ai besoin de toi pour eux. Les pages du dossier évoquent ce que furent les bâtiments: le palais saint Vaast et le séminaire. A l'approche de Noël quelques titres sont rassemblés qui invitent à se nourrir dans la foi. Ces livres ne remplaceront pas la participation à l'Assemblée dominicale! Puisse le désir de grandir en assemblée de croyants être partagé par tous, comme l'espèrent les orientations de la catéchèse.

 

Emile Hennart

Fermer