Eglise et paroisse au souffle de l'Esprit

Edito N°11 - Eglise d'Arras

Voilà plus de quarante ans maintenant que l’Eglise reconnait aux baptisés la responsabilité de porter « témoignage du Christ sur toute la surface de la terre, et de rendre raison de l’espérance qui habite en eux d’une vie éternelle. Les fidèles les ministres ordonnés participent à l’unique sacerdoce du Christ, incorporés qu’ils sont à l’Eglise par le baptême : ils sont tenus de professeur devant les hommes la foi que par l’Eglise ils ont reçu de Dieu. (Cf. Lumen Gentium 10-11).

 

Il faudra sans doute encore bien de temps pour que les baptisés laïcs mettent en œuvre cette responsabilité, tant est grande et prégnante l’affirmation selon laquelle cette responsabilité reviendrait aux évêques et aux prêtres. On parlait autrefois d’apostolat hiérarchique que les ordonnés déléguerait aux fidèles laïcs.

 

Le dossier sur l’organisation des équipes d’animations pastorale, traité aujourd’hui, est la mise en œuvre d’un article particulier du Droit canonique. Lors d’un témoignage devant le conseil du presbytérium une laïque disait avoir découvert ce que signifiait être baptisée et responsable pour sa part de la mission commune de l’Eglise. Jusqu’alors elle vivait sa foi, comme quelqu’un qui recevait, qui accueillait ce que l’Eglise décidait pour elle et les paroissiens.

 

Baptisés, laïcs et ministres ordonnés, leurs rapports et complémentarités sont sujets d’études et de débats. La raréfaction du nombre des prêtres rend urgent la mise en œuvre de ce qui fut intuition de l’Eglise, lumière des peuples. Il n’est pas seulement question de savoir la part des laïcs dans la préparation au baptême mariage ou funérailles, il est bien plutôt de discerner et d’organiser la mission commune d’annonce, de témoignage dans les quartiers, les cités et les villages. Les communautés de croyants sont de petites cellules dans une société marquée par l’indifférence croissante. Le souffle de Pentecôte qui provoquait les premiers chrétiens à sortir de leurs cellules protégées est appel pour aujourd’hui encore à porter le témoignage dans le service, la prière et l’approfondissement des Ecritures. Que serait le souffle des confirmés dans l’Esprit, si le souffle s’éteignait, aussitôt reçu comme au temps de Moïse “Quand l'Esprit reposa sur eux ils prophétisèrent, mais ils ne recommencèrent pas” ! Nombres 11,25.

 

Trois prêtres seront ordonnés au setrvice de l’Eglise et de sa mission, en septmbre, six diacres permanent seront appelés au service de l’Eglise et du monde. Mgr Jaeger nous invitait à se réjouir, tout en précisant qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, et qu’il importe que tous, prêtres et laïcs assument la responsabilité reçu lors de leur baptême. La revue diocèsaine essaie de rendre compte dans ses pages de la mission commune dans l’Eglise et pour que le monde croie.

 

Emile Henart
Fermer