Mise en garde

33ème dimanche ordinaire

 

33ème dimanche ordinaire Malachie 3, 19-20 ;  2 Thessaloniciens 3, 7-17 ; Luc 21, 5-19

 

 

Imaginez un tour Operator proposant une visite aérienne, en hélico, de Rome et de la cité du Vatican. Imaginez-vous contemplant le spectacle de la place saint Pierre, de la Basilique, les marbres, les statues, les dorures. Quel spectacle, surtout lorsque les pierres ruissellent de lumière sous le soleil ardent : quelle beauté, l’Eglise, la religion, quel spectacle cette foule qui visite les lieux. Quel bel ensemble créé pour l’éternité

 

Et voici qu’au milieu de vos admirations, un gêneur vient dire tout haut que cela passera, pire encore, que ces pierres un jour seront disloquées sous le souffle de quelques bombes bien ajustées ; un prophète de malheur dans un si beau paysage ? Sans doute seriez-vous incrédule, mais moins sans doute que les disciples de Jésus, puisqu’aujourd’hui, tout est possible !

 

Cependant la mise en garde de Jésus ne s’arrête pas aux pierres de l’édifice, Jésus et Luc le rédacteur s’adressent aux pierres vivantes de l’Eglise, aux disciples d’hier et d’aujourd’hui. Ils s’adressent à ceux qui ont mis leur pas derrière Jésus, le Christ. Vous aussi, vous risquez de trembler, de perdre l’équilibre, de tomber. On raconte tellement de balivernes sur la venue du Royaume, de Jésus ou de son Esprit… il revient, il est là, il est apparu ici, allez là-bas en pèlerinage !... On fera fondre en larmes des foules lors de processions de jour net de nuit… prenez garde, dit Jésus. Vous êtes attendus ailleurs, dans le quotidien de la vie, quand il vous faudra témoigner de la force d’aimer que le Père a mis en vous. Vous risquez d’être contesté même par un ami, même par votre famille. Certains même y laisseront leur peau.

 

Sans doute les disciples de Jésus, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui sont-ils à la recherche d’une sagesse, d’un art de vivre, d’un peu de bonheur, de sérénité, de paix. Et voici que Luc, à la fin de son Evangile, reprend les paroles de Jésus, des mises en gardes sur ce qui attend les disciples. Cette mise en garde ne concerne pas les « infidèles », mais ceux qui ont mis toute leur confiance, leur fidélité en Jésus. Suivre Jésus n’est pas un chemin de tout repos. C’est donc un appel au discernement, même au milieu des épreuves. Discerner la graine qui pousse, tracer le chemin au milieu des éboulis, participer à la venue d’un monde renouvelé au souffle de l’Esprit-Saint. La crédibilité de notre témoignage sur Jésus dépend de notre humanité au milieu des gens, envers et parfois contre tous. E.H.

Fermer