N°06 - Des communautés témoins ressuscit

Edito d'Eglise d'Arras N°06

 

Des communautés témoins du Ressuscité

 

Pain rompu, pain partagé eucharistie  
Pain rompu, pain partagé
Pain rompu, pain partagé
 Des premières communautés chrétiennes, le livre des Actes rapporte qu’elles étaient assidues à l’enseignement des apôtres, fidèles à la prière et à la fraction du pain ; elles mettaient tout en commun et partageaient selon les besoins.

 

En livrant en quelques lignes ce qui lui parait essentiel de la vie des chrétiens, Luc apporte un éclairage sur ce que les fraternités du Christ ressuscité tiennent pour essentiel. A commencer par le souci de suivre l’enseignement transmis par les apôtres et donc de comprendre ce qu’est la foi au Christ ressuscité. Viennent ensuite la fidélité à la prière et à l’eucharistie : on retrouve là les dimensions personnelles et communautaires de l’existence croyante. Enfin une réponse aux problèmes matériels en particulier des démunis ; D’où la mise en commun et le partage des biens. Nous savons que ce n’était pas simple, tant il y avait à faire, mais aussi parce que l’homme n’est pas « partageux » de nature.

 

Par leur vie, les communautés du premier siècle manifestaient que l’Esprit du Christ ressuscité soufflait en eux : une vie nouvelle a surgi dans le monde, des communautés se sont agrandies, d’autres sont nées, les unes et les autres cherchant à mettre leurs pas dans les pas de Jésus tel qu’on le leur avait annoncé et transmis.

 

Ils sont nombreux aujourd’hui les disciples du Christ qui continuent à mettre le Christ au cœur de l’existence. Les célébrations pascales sont l’occasion de revenir à la source, de célébrer à nouveau l’Alliance nouvelle en Jésus-Christ.

 

Prochainement commencera le renouvellement des équipes d’animation de paroisse. N’y aurait-il pas à faire un bilan d’activité paroissiale autour des éléments fondamentaux que l’Ecriture nous confie, éléments que les théologiens ont résumé dans l’expression « Parole enseignée, Parole célébrée, Parole vécue », ou encore « Croire, Vivre, célébrer ». En quoi les disciples du XXIème siècle sont-ils fidèles à l’Esprit des origines ?

 

Pour sa part le présent numéro d’Eglise d’Arras essaie de rendre compte des trois pôles de la vie chrétienne.

 

Le pôle “parole annoncée” est abordé avec un dossier sur l’importance de la formation en continu. Deux pages sont consacrées à la journée mondiale des moyens de communication avec la réflexion du Souverain Pontife « les médias au carrefour entre rôle et service » et « la vérité vous rendra libres ». Mgr Jaeger rappelait aux doyens la nécessité de réveiller auprès des chrétiens le goût de l’Ecriture.

 

Le pôle solidarité est abordé avec un témoignage de partenariat avec l’association Bayti-Meknès du Maroc, puis avec la visite d’une jociste du Nicaragua invitée par le CCFD et les jeunes du diocèse. Enfin, avec une réflexion sur la disparition du mot « pauvres », qui invite à garder l’esprit en éveil. La dimension de “la Parole célébrée” est évoquée avec une réco vécue par des enfants et une annonce de la journée de prière pour les vocations. Il est encore trop tôt pour présenter les célébrations de Pâques.
 

Que les fêtes de Pâques vécues en communautés d’Eglise apportent à chacun le don de continuer la longue marche du peuple des croyants. Les communautés écrivent la suite du livre des Actes des apôtres pour aujourd’hui. Parce que Christ est ressuscité, l’Avenir est ouvert. Vivons en enfants de lumière, au cœur de ce monde où retentit la Bonne Nouvelle.

 

Abbé Emile Hennart
Fermer