Je ne vous laisserai pas seuls

27 avril - 6ème dimanche de Pâques

 Actes 8, 5-17 ; 1 Pierre 3, 15-18 ; Evangile de Jean 15, 15-21

 
Dans la continuité des « enseignements » lus la semaine dernière, voici des paroles de Jésus qui portent le regard vers l’après, après son départ. Ces paroles de Jésus annoncent la venue d’un « défenseur ». Autrefois, nos traductions employaient le mot “paraclet”;c'était la transcriptiion littérale d'un  mot grec, sans donner la traduction. Certaines traductions parlent de l’envoi d’un “avocat”, d’autres préfèrent le mot “défenseur”. Le mot grec employé par Jean désigne la personne appelée auprès de quelqu’un pour le soutenir, le conseiller, lui dire les mots utiles pour s’exprimer devant un public, (en général le tribunal) (le mot, en grec est paraclétos, traduit en latin, selon la vulgate par advocatus, avocat ).
Nous savons que l’évangéliste Jean, tout comme Luc a écrit longtemps après que Jésus ait enseigné ses disciples. L’expérience des premières communautés chrétiennes les aura aidés à comprendre qui est cet envoyé, ce conseiller-avocat. Quand Pierre prend la parole le jour de Pentecôte, quand Pierre ose baptiser le païen Corneille, quand Paul et Barnabé sont envoyé au large pour annoncer l’Evangile, quand Pierre et Jean, emprisonnés doivent se défendre devant le sanhédrin etc… S’ils ont su trouver les mots justes, il ne fait aucun doute, pour les croyants, que cela fut possible par la force, par le souffle que Jésus a envoyé de son Père, le conseiller, celui qui aide à trouver les mots justes.
 
Quand Jean et Luc écrivent dans les années 80-95 leur évangile ou les Actes des apôtres, ils font une « relecture » des évènements vécu, du temps de Jésus et avec les premières communautés. Ils ont pu se sentir abandonnés, délaissés, orphelins après le départ de Jésus. Or, voici qu’ils ont surmonté l’épreuve, qu’ils ont osé affirmé à la face de tous, en en particulier du sanhédrin hostile, que Jésus est bien celui qu’ont annoncé les prophètes. Ils ont fait l’expérience que l’Esprit-Saint est celui qui aide à prendre la Parole, à dire les mots pour que d’autres deviennent croyants.
 
Rouault Assy Esprit  
Rouault Assy
Rouault Assy
Il est utile pour les croyants d’aujourd’hui, d’apprendre à lire les traces de l’Esprit Saint dans la vie de celles et ceux qui, dans le monde d’aujourd’hui, dans les conditions concrètes de l’existence humaine, osent porter le message de Jésus. Il ne s’agit pas seulement de parler de l’avortement, de la pilule ou du sida, ni de proclamer du haut de ses certitudes une première annonce ; il s’agit de signifier en parole et en actes le partage du pain avec les affamés d’aujourd’hui, il s’agit de proposer la solidarité, de vivre la répartition des richesses du monde entre tous, comme le demandaient déjà les pères de l’Egliso. Il s’agit de faire avec eux un but de chemin, en humanité. Mais peut-être avons-nous étouffé l’Esprit en nous contentant d’allumer notre lumière dans un vase clos, à l’intérieur de nos murs d’Eglise loin des bruits du monde où les pauvres, les émigrés et les sans-papiers se débattent.
Nous fêterons prochainement l’ascension puis la Pentecôte, occasion de méditer sur l’envoi des disciples par Jésus et la certitude qu’il nous donne aujourd’hui son Esprit, pour vivre au cœur du monde, et non en dehors.
Fermer