Criez, ne reniez pas l’Esprit de Jésus

12ème dimanche ordinaire

Jérémie 20, 10-13 ; Romains 5,12-15 ; Matthieu 10, 26-33
 

L’évangile de ce dimanche est dans le suite du dimanche précédent. Dans les chapitre qui entourent l’appel des Douze, Matthieu livre, au fil des paragraphes, différentes réflexions sur la vocation : les conditions de la mission, le « contrat de travail », les risques, l’objet de la mission. Pour cela il vaut la peine de relire en entier les chapitres 8 à 11 de Matthieu, avec comme regard : tout ce qui touche à la mission du Fils de l’homme, à celle des disciples.

 

Il nous faut aussi connaitre le contexte dans lequel Matthieu écrit : les communautés chrétiennes sont contestées par le judaïsme classique. On doit  se souvenir des nombreuses attaques contre Jésus et les paroles dures qu’il fut amené à opposer aux courants juifs sadducéens, hérodiens ou pharisiens etc. Le pur et l’impur, l’observance de la Loi trop légaliste, l‘œuvre de charité parfois supprimée au bénéfice de l’offrande à Dieu (corban). Il faut aussi se souvenir des œuvres de persécution commises par Saul jeune pharisien, avant sa conversion, de celles qu’il a subi dans son itinéraire en Asie-Mineure et en Grèce (voir Actes des apôtres). L’assemblée de Jamnia (Yabné) qui exclut les chrétiens du judaïsme.
 

Dans ces contextes difficiles, Matthieu reprend la parole de Jésus sur la confiance envers le Père : vous valez plus qu’un moineau… Cardjin, le fondateur de la JOC, reprendra à sa manière cette phrase : « un jeune travailleur vaut plus que tout l’or du monde ». L’insistance de l’évangile de ce dimanche porte aussi sur « criez sur tous les toits… Si vous me reniez, moi aussi je vous renierai ». il reste alors à l’Eglise du XXIème siècle, à chacun de nous de vérifier ce sur quoi porte le message de Bonne Nouvelle.

 

De quel Jésus sommes-nous témoins, quel Jésus proclamons-nous, en parole et en actes? Ecclésia 2007 insistait sur l’humanité de Jésus, sa proximité à ceux qui comptent pour rien dans la société d’alors. L’apôtre Paul parlera des « néants » que Dieu a choisis pour amis (1 corinthiens 2). Dans le même esprit, on trouvera tel et tel paragraphe des orientations diocésaines de Mgr Jaeger, sur l’attention au petit, au pauvre, sur le devoir de proximité… Mais à quoi cela sert-il d’aller lire et relire les classiques de notre bibliothèque, si nous prenons pas, dans notre vie quotidienne le même chemin que Jésus. Il s’est fait l’un de nous, nous qui ne méritions même pas son attention afin de nous rendre à l’image de lui-même et de son Père. Ce ne sont pas ceux qui disent Seigneur ! Seigneur qui entreront dans le Royaume, mais celui qui fait la volonté de mon Père (Matthieu 7).

Fermer