Commémoration des défunts

Serviteur des serviteurs de Dieu

Sagesse 2, 1 à 4, 22-23 et 3, 1-9 ; Romains 8, 18-23 ; Luc 12, 35-40
(d’autres lectures peuvent aussi être utilisées pour la célébration de ce jour).
 
L’évangile de Luc, proposé ce dimanche dans de nombreuses paroisses pour la commémoration de défunts, reprend une parole de Jésus, qui, comme à son habitude emprunte une image de la vie quotidienne pour dire quelque chose que nous occidentaux préférerions traiter sous forme de discours théorique. L’image est celle des serviteurs à qui le maître a demandé de veiller sur la maisonnée jusqu’à son retour. Il vaut la peine de méditer l’image elle-même de ces serviteurs dans leur attente active et plus encore sur l'attitude du maître de maison.
 
Rester en tenue de service évoque un autre verbe que Matthieu et Marc utilisent plusieurs fois, à la fin des discours de Jésus : Veillez ! A chaque fois il est mis en rapport avec les derniers temps; c’est un appel de Jésus aux disciples : appel à la prière et au service. Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation. (Matthieu 24-26 et Marc 13-14). C’est une invitation à se tenir prêts… prêts dans la prière, prêts dans le service. Tel est le sens de la lecture de ce jour.
 
L’image proposée dans l’évangile est aussi l’expression d’une reconnaissance de la part de Dieu pour le service rendu dans la fidélité, au long du temps qui s’écoule. Ils sont nombreux les hommes et les femmes de notre siècle comme des siècles précédents à avoir eu, au cours de leur vie, l’esprit de service, dans les petites comme dans les grandes choses, selon les talents reçus. Matthieu, lors du retour du Christ au dernier jour, signale lui aussi cette invitation à entrer dans le joie du Seigneur… car j’avais faim, soif, j’étais malade ou en prison et vous êtes venus jusqu’à moi.
 
En allant nous recueillir sur chacune des tombes de nos parents et amis, nous évoquons leur mémoire, leur activité. Nous retenons d’eux ce qu’ils nous ont donné ; nous retenons d’eux notre relation d’amitié, de fraternité. Peu à peu, de notre mémoire, s’estompent les ombres et moments difficiles, pour ne retenir que ce qui a grandi d’amour, de partage, de service. C’est aussi ce qui est évoqué dans les discours des officiels concernant les grands hommes disparus.
 
Les Evangiles nous invitent à établir un lien entre la tenue de service et l’attente de notre Dieu. Ce n’est pas du "donnant-donnant" comme certains peuvent le penser, dans la recherche des indulgences ou d’autres récompenses divines ; c’est simplement le souci, l’esprit du service mis en oeuvre, à la suite de Jésus qui s’est fait le serviteur de tous. Soyez en tenue de service… parce que nous sommes faits pour devenir un seul peuple, une seule famille ; heureux sommes-nous d’avoir répondu à l’attente de notre Père.
 
Le signe de croix que nous ferons ce jour rappelle le signe reçu au moment du baptême, signe renouvelé tout au long de notre existence pour signifier notre appartenance au Christ ainsi que notre désir de marcher à sa suite, mettant nos pas dans les pas de Jésus... Nous te confions Seigneur tous ceux que nous avons aimés, que tu as aimés, et pour qui tu es venu apporter l’amour de notre Dieu. Accueille-les dans ta maison. EH
Fermer