31 décembre, réfugiés et C'sur

La relation des évènements par Nord-Littoral

 

Calais, quelques réconforts Veille de nouvel an avec les réfugiés  
Calais, quelques réconforts
Calais, quelques réconforts
Les migrants ont fêté le passage à la nouvelle année avec un repas offert par C'Sur

Un temps de fraternité et de convivialité

La distribution s'est faite dans la joie et la bonne humeur.
 
Ce qui devait être une grande fête de la fraternité a failli ne jamais avoir lieu. Comme l'année dernière, C'Sur avait prévu d'offrir aux migrants un repas festif en cette fin d'année.
Las, alors que la distribution avait pu se faire l'an passé à la salle du Minck, cette année, la mairie n'avait pas souhaité ouvrir l'une de ses salles au collectif. « On nous a donné comme excuse que les concierges étaient en vacances, s'indigne Jean-Pierre Boutoille, mais la vraie raison, c'est que la municipalité ne veut plus nous aider. » Pour cette journée qui ne devait pas être comme les autres, les bénévoles se refusaient de distribuer leur repas à l'extérieur, par un temps glacial. C'est pourquoi, peu avant 10h, mercredi matin, ils se sont présentés devant la salle du BCMO, place de Norvège, où Salam accueille les réfugiés depuis le déclenchement du Plan Grand Froid.

Un huissier constate l'occupation

Ce n'est un secret pour personne, C'Sur et Salam ne s'apprécient guère. La confrontation entre les deux groupes de bénévoles n'a pu être évitée, Jean-Claude Lenoir refusant aux membres de C'Sur d'entrer dans la salle. Un adjoint à la mairie, présent lui aussi sur les lieux, a également demandé à Jean-Pierre Boutoille et à ses amis de sortir de la salle. « Grâce à l'un de mes contacts au conseil régional, j'ai réussi à avoir l'aval du président Daniel Percheron, qui reste le propriétaire de la salle », précise Jean-Pierre Boutoille. Gérard Gavory, le sous-préfet, a lui aussi donné son accord par téléphone. Sur place, C'Sur a reçu le soutien des élus socialistes Philippe Vasseur et Charles François, respectivement conseillers général et régional. Un huissier de justice, envoyé par la Ville, est néanmoins venu constater l'occupation de la salle par les migrants, même si Jean-Pierre Boutoille avait donné l'assurance de quitter les lieux à 17h. « On a commencé à distribuer les repas à 400 migrants vers 13h30. Dès qu'ils ont terminé de manger, on leur demande de partir. » Pour assurer la distribution, une vingtaine de bénévoles s'était donné rendez-vous dont quelques-uns, en provenance de l'ouest de la France, qui n'ont pas hésité à faire dix heures de route pour partager ce moment de convivialité.
Bûches de Noël, galettes des rois, morceaux de chocolat... rien ne manquait à ce repas de fête. « Au nom du collectif, je tiens à remercier tous les Calaisiens qui continuent de manifester leur soutien envers les réfugiés avec beaucoup de respect ». Et à l'heure de la distribution, de nombreux yeux brillaient de joie. Les « Happy new year » fusaient. Le temps d'un instant, une assiette pleine de nourriture, les migrants ont retrouvé le sourire. Avant de partir, tous se sont vus offrir un petit cadeau, un paquet rempli de produits d'hygiène et de vêtements chauds.
 
T.S-M.
 
Nord Littoral
Fermer