Gaza, lettre à l'ONU

Pax Christi International au secrétaire général de l'ONU

 

Excellence,
 
Nous nous adressons à vous en qualité d’ONG internationale qui jouit d’un statut consultatif à l’ÉCOSOC. Pax Christi International est un réseau d’organisations basées sur la foi qui rassemble une centaine d’organisations non gouvernementales oeuvrant pour la paix et la justice à travers le monde, dont plusieurs organisations membres sont actives au Moyen-Orient. Profondément préoccupés par la récente escalade de violence dans cette région, nous voulons offrir les réflexions suivantes :
 
Nous nous associons aux multiples appels lancés partout à travers le monde pour obtenir un cessez-le-feu immédiat et pour condamner fermement, sans ambiguïté, la violence perpétrée par les deux parties, sans recourir au double langage ou à la manipulation de la vérité. À cet égard, nous avons grandement apprécié le rapport sur la situation récente présenté par le Président de l’Assemblée générale des Nations unies, M. Michel D’Escoto. Il doit être clair pour toutes les parties impliquées que l’usage de la violence n’apportera ni la justice ni une paix durable ni la sécurité aux populations de la région; au contraire, la violence augmentera la peur, la haine et les souffrances.
 
Nous appuyons toute action déterminée à faire respecter le droit humanitaire international qui doit servir de cadre de référence à la solution du conflit israélo-palestinien. Les attaques à la roquette des Palestiniens contre des civils en Israël constituent certes une sérieuse violation du droit humanitaire international et doivent arrêter, mais rien ne peut justifier l’action militaire  déraisonnable et disproportionnée d’Israël à Gaza. En qualité de membre de l’ONU, Israël est lié à la quatrième Convention de Genève qui exige la protection des civils d’un pays occupé. Or toute la population de Gaza est présentement punie collectivement pour les activités de quelques militants. L’envoi d’une force militaire massive dans l’un des espaces les plus densément peuplés du monde a créé des centaines de victimes, dont un pourcentage élevé de civils incluant femmes et enfants. Nous demandons à la communauté internationale d’agir résolument contre ces violations du droit international.
 
Nous supplions l’ONU de faire tout en son pouvoir pour améliorer la situation humanitaire à Gaza, devenue réellement catastrophique en raison du long blocus, de la densité de population, du manque d’eau, d’électricité et de médicaments.
 
Nous demandons à l’ONU de prêter une attention soutenue aux causes de ce conflit, incluant la régression du développement socio-économique en territoires occupés, le blocus imposé à Gaza et le sentiment d’insécurité et de peur du côté israélien. La récente escalade exige plus que des demi-mesures.
 
Même si la crise justifie une attention immédiate à la zone de Gaza, nous tenons à souligner la nécessité d’une approche régionale. En effet, la violence déclenchée récemment pourrait enflammer toute la région, d’où notre conviction que tout effort de construction d’une paix durable devrait inclure toute la région. Le recours à une violence disproportionnée non seulement fragilise le processus de paix entre Israël et la Palestine, mais aussi, par exemple, toute tentative pour améliorer les relations entre Israël et la Syrie. C’est pourquoi nous préconisons une exploration sérieuse d’une approche régionale pour la paix, telle que l’offre récente du Plan de paix arabe. Nous recommandons aussi de prendre des initiatives pour obtenir l’engagement des groupes extrémistes et radicaux car, sans leur participation, même les meilleurs plans de paix ne pourront réussir, ni les efforts pour apaiser le courant d’islamo phobie, d’anti-christianisme et d’anti-sémitisme.
 
De nombreuses personnes et organisations actives en Israël, en Palestine et dans toute la région, dont certaines sont des partenaires de Pax Christi, proposent des alternatives telles que la non-violence active, la
 
 
coopération et la compréhension mutuelle. Présentes dans les communautés locales, elles tissent des relations constructives à travers les différences, s’efforçant ainsi de prévenir la radicalisation de la société civile. Ces acteurs méritent d’être entendus et appuyés.
 
En conclusion, nous espérons un fort leadership des Nations unies auprès de toutes les parties en cause pour faire avancer une solution orientée vers «deux États» - un Israël sécurisé et pacifié et un état palestinien viable – assurant la justice et la paix à ces deux peuples.
 
Soyez remercié pour tout effort déployé dans cette direction.
 
 
Sincèrement vôtres,
 
 
Mgr Laurent Monsengwo
Co-Président, Pax Christi International
 
Marie Dennis
Co-Présidente, Pax Christi International
 
Claudete Werleigh
Secrétaire générale, Pax Christi International
Fermer