Pourquoi un CERCLE DE SILENCE
le dernier mardi de chaque mois de 18h30 à 19h30
sur la Grand’Place de Béthune ?
 

 

 

Depuis quelques temps, un peu partout en France, des hommes, des femmes, des jeunes, des enfants, se réunissent une heure, une fois par mois, pour manifester leur refus de la situation qui est faite aux sans-papiers et, en particulier dans notre Région Nord-Pas-de-Calais, aux migrants en errance aux portes de nos villes et de nos villages, dorénavant dans plus d’une dizaine de campements d’infortune, non seulement sur le littoral (Calais,
Dunkerque), mais aussi à proximité des aires de repos de nos autoroutes.
 

 

Citoyens français, habitants de Béthune ou des environs, nous refusons que des personnes qui ont fui leur pays pour survivre à la guerre, à la persécution ou à la misère, soient obligées de se terrer ainsi à nos portes, dans des fossés, dans la boue, sans abri en dur, sans chauffage, sans eau potable, sans nourriture, dans des conditions d’hygiène nulles, après un périple de milliers de kilomètres à travers de nombreux pays, des traversées du désert et de la mer où un grand nombre trouve quotidiennement la mort.
 

 

Sans-papiers, en situation irrégulière, mais pour la plupart désireux de demander l’asile en Angleterre plutôt qu’en France, traqués et dispersés par la police qui détruit systématiquement leurs campements quelles que soient les conditions climatiques (comme cela s’est produit à Loon-Plage à la mi-décembre), ces migrants ne peuvent se faire entendre.
 

 

Silencieux et bâillonnés, par solidarité avec eux, nous sommes quelques-uns, témoins de leur galère, à tenter de leur apporter un peu de chaleur humaine, à tenter de leur rendre un peu de leur dignité d’hommes et de femmes. Notre protestation silencieuse est un appel à tous les citoyens pour dénoncer toutes les violations des Droits de l’Homme dont ils sont victimes.
 

 

Le premier Cercle de Silence s’est déroulé à Toulouse le 30 octobre 2007, à l’initiative des franciscains, à Nice ce furent des représentants RESF, à Paris ce furent des membres de RESF, de la LDH, du Réseau Chrétien Immigrés, de la Pastorale des Migrants, de la CGT, entre autres. Le mouvement s’est étendu à d’autres villes (actuellement 106 villes sur 59 départements), tous les mois, si possible le même jour et à la même heure, comme à Bordeaux, Dijon, Lyon, Grenoble, Montpellier, Nice, Reims, Rouen, Versailles…

 

Dans le Nord-Pas-de-Calais, les Cercles de Silence se déploient tous le même jour et à la même heure (le dernier mardi du mois de 18h30 à 19h30) : Lille, Roubaix, Tourcoing, Hazebrouck, Calais et maintenant Béthune.
 

La participation au Cercle de Silence est une manière non-violente de manifester notre refus d’une situation inacceptable. Elle doit désormais être indépendante de tout parti politique, de tout syndicat, de toute confession religieuse, elle doit être signe d’une citoyenneté adulte et responsable.

 

Le Cercle de Silence de Béthune est composé de citoyen(ne)s et de membres engagés individuellement au sein de diverses associations et mouvement sur Béthune et les environs. Il est ouvert à toute personne désireuse de s’associer à cette démarche non violente de défense des droits de l’homme et plus particulièrement de ceux des migrants et des sans-papiers.

 

Prochains rendez-vous : les MARDI 24 février, 31 mars, 28 avril, 26 mai, 30 juin 2009 à 18h30

 


Association Terre d’errance.
http://www.terreerrance.wordpress.com
 

A lire: vies consacrées et migrants