Les chapelles de nos villages (suite 2)

 

Les chapelles de nos villages (suite 2)
 
 
Bonningues les Ardres Chapelle de Cousinette  
Bonningues les Ardres
Bonningues les Ardres
Bonningues-les-Ardres
Au bord de la route de Guémy à Clerques, une construction de pierre blanche, au toit de tuiles, est dans un état de total abandon vide, sans porte : c’est la chapelle de Cousinette, autrefois dédiée à Jésus flagellé.
Elevée vers 1820, elle porte de nombreux graffitis, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur : 1819-1826-1860. La statue a été volée. On a délaissé peu à peu cet oratoire isolé, l’un des plus attachants du parcours.
Nous sommes sur la commune de Bonnin­gues-les-Ardres où peu de personnes connaissent encore la petite chapelle au bord des champs.
 
Clerques
L’église à tour centrale et le semeur immortalisé dans son geste rituel nous ouvrent la route vers Audrehem.
 
AudrehemAudrehem Notre Dame des sept douleurs  
Audrehem
Audrehem
 
Sur la D 223, venant de Journy, une grande et belle néo-classique avec péristyle et fronton  denticulé, portant en cartouche la date de 1864, vient d’être dégagée des ronces et orties qui l’envahissent.
Elle est maintenant visible de la route et on peut y accéder.
Appar­tenant en indivision à plusieurs familles, l’édifice a souffert d’un manque d’entretien et il a fallu placer la statue de Notre Dame des Sept Douleurs à l’abri.
 
Les deux autres chapelles du village sont moins anciennes.
 
 
 
Bonningues Notre Dame de Lourdes  
Bonningues
Bonningues
Rue de Wissocq
 
 Notre-Dame de Lourdes date de 1949, elle a été bâtie en témoi­gnage de reconnaissance, par la famille propriétaire de la ferme, et a servi de reposoir lors des processions, jusque dans les années 1960 : c’est une chapelle ouverte aux passants.
 
 
 
 
 
 au Hameau du Poirier Saint Joseph  
au Hameau du Poirier
au Hameau du Poirier
Au hameau du Poirier
 
Saint-Joseph a été construit vers 1920 par la famille Anquez-Caillant.
 
C’est l’oratoire aux murs  crépis, qui se ferait oublier, si la tante de la famille, si soucieuse de son entretien et son fleuris­sement, ne lui avait pas tout simplement attaché son nom : nous sommes devant la chapelle de Mademoiselle Anquez.
 
 
 
 
Audenfort Chapelle Sainte Thérèse  
Audenfort
Audenfort
A Audenfort, hameau de Clerques
 
 Un lieu de pèlerinage à Sainte-Thérèse a été créé en 1929, par la famille Lorgnier, originaire de Normandie, vouant un culte à la carmélite de Lisieux, la famille décida de construire, après la cano­nisation de Thérèse Martin en 1925, un ensemble religieux dont elle confia la conception à l’architecte audomarois Vandenberghe.
Une grande chapelle, un campanile, un auvent avec autel de plein air furent édifiés pourpermettre de grands rassemblements des fer­vents de sainte Thérèse. La cha­pelle Romano-Byzantine, brique et silex, mur crème et plafond de bois, abrite une châsse, la sainte vénérée habillée par les carmé­lites de Saint-Omer. Elle en pré­sente d’autres effigies, expose des photos et des ex-voto, très fréquentée entre les années 1930 et 1960, le “lieu de l’Ardrésis” appartient aujourd’hui au comité Sainte-Thérèse et reste remar­quablement entretenue.
Fermer