Servir l'homme servir Dieu

Edito Eglise d'Arras 8-2009

Servir l’homme notre frère et Dieu notre Père


Le temps de Pâques qui commence, ouvre le temps de l’Eglise, temps de la mission qui sera confirmé par le don de l’Esprit. La mission de l’Eglise réaffirmée par Vatican II est d’être en quelque sorte le sacrement, c’est-à-dire le signe et le moyen de l’union intime à Dieu et de l’unité du genre humain. L’Eglise est dans sa mission quand elle propose aux baptisés d’approfondir leur lien avec le Père, le Fils et l’Esprit dans les assemblées où elle célèbre l’eucharistie, où elle donne accès au baptême et à la confirmation. Elle est encore dans son rôle quand elle propose à la multitude de lire et d’entendre l’Evangile dans son ensemble. Elle est aussi dans son rôle quand elle se positionne au service de l’homme souffrant qu’il soit malade, victime de la crise économique ou réfugié sur une terre étrangère. La valorisation de la charité est évidente en régime chrétien ; la participation à l’action pour la justice, pour l’égalité et la solidarité entre les hommes et les peuples gagnerait sans doute à davantage de sollicitations.


Cette Eglise que l’on sait minoritaire, elle fait beaucoup parler d’elle, surtout quand elle propose une éthique qui place l’homme responsable au centre des préoccupations. Les reproches qui lui sont faits pourraient se retourner contre ses détracteurs. De quelle efficacité sont-ils porteurs dans ce qui fait le quotidien de l’existence de milliards d’homme, afin de soulager leurs souffrances et misères et en faveur de l’accès de tous à la dignité ? Trop laisser-faire économique et politique, trop de détournements d’argent, trop de pratiques malsaines ont besoin d’être purifiés. L’Eglise avec ses moyens propres et son langage parfois inapproprié met le respect et le souci de l’homme et de la femme au-dessus de toute subordination, qu’elle soit idéologique ou technique. Beaucoup de chrétiens participent à la mise en œuvre d’un monde autre, nourris de l’Esprit de Jésus le Christ. Notre Dieu est un Dieu de relation, il fait de l’homme son ami : qu’est-ce que l’homme que tu te soucies de lui ? (Psaume 8). Heureux ceux qui, à la lumière de Pâques maintiennent vivant le souci de l’homme son frère et de Dieu son ami.
Abbé Emile Hennart
 

Fermer