Donne des couleurs à la vie

Edito Eglise d'Arrasn°13

La recherche médicale a ouvert des portes pour soigner la vie quand elle est déréglée ou impossible à vivre : soins plus ciblés en fin de vie, cellules souches pour recréer tel organe défaillant, création et développement d’embryons hors des contraintes habituelles, porter la vie pour un (une) autre. Les limites du possible sont sans cesse repoussées. Aujourd’hui comme hier, les progrès techniques interrogent la conscience que l’homme a de lui-même et de sa dignité. Tout est possible mais tout n’est pas bon pour l’homme.

 

Les points de vue des catholiques, à l’occasion des états généraux de la bioéthique ont pu s’exprimer. Les chrétiens sont héritiers d’une longue tradition qui reconnait en l’homme, homme et femme ensemble, l’image et le visage de Dieu. L’homme et la femme ne peuvent pas être objets manipulables à l’infini. La dignité de la personne humaine est fondée sur la relation entre Dieu et nous.


Le désir que la vie soit une vraie vie s’exprime aussi en d’autres circonstances que le début de la vie. Quand les ouvriers de Samsonite ou les Cœurs de fondeurs font reconnaitre leurs droits devant un employeur défaillant, quand le CCFD ouvre ses dossiers sur les “biens mal acquis” à travers le monde, quand la pression pour obtenir des médicaments plus accessible aux pays pauvres ou qu’on agit contre la spéculation sur le blé, le riz et le maïs, on peut dire qu’on redonne un peu de couleurs à la vie.


Le temps de l’été sera aussi un temps pour redonner des couleurs à la vie : aux relations familiales, aux rencontres et découvertes en d’autres régions ou pays, ou tout simplement en offrant de recharger ses énergies, car le combat pour que l’homme soit vraiment un vivant sera à continuer, aujourd’hui et demain. Les obstacles ne sont pas seulement techniques, ils sont aussi le fruit du Mal au cœur de bien des hommes de pouvoir comme en nous-mêmes.

 

Pour d’autres encore, ce sera un pèlerinage, un temps de retraite, une marche de jeunes, pour d’autres encore un peu de lecture. Ce sont autant d’occasions pour redonner de la couleur à la foi, à l’espérance, à la charité.
Abbé Emile Hennart
 

Fermer