Il les envoie deux par deux

15ème dimanche ordinaire

Amos 7,12-15 ; Ephésiens 1, 3-14 ; Marc 6, 7-13


C’est le temps de l’été. On imagine bien les camps mission d’hier sur les plages ou les campagnes, ou les permanences quartier de l’ACE ou encore les permanences saison de la JOC à la rencontre des précaires ou des saisonniers… Peut-être en rencontrerez-vous cet été… Ils sont un certain nombre aujourd’hui encore à partir pour la mission. Mission, le mot peut sembler désuet… et si l’on disait « porter une Bonne nouvelle au-delà de soi-même ? » Pour certains ce sera huit jours, d’autres quinze ou u mois… Témoins d’évangile dans et pour le monde d’aujourd’hui ils renouvellent l’activité des disciples que Jésus avait envoyés deux par deux dans les villes et les villages… sans gros bagage. Ils partirent proclamer qu’il fallait se convertir.


Les temps actuels en Eglise poussent davantage à l’intériorité, aux rassemblements en interne, entre gens qui ont déjà aussi des convictions (ou croyances) des hommes, des femmes, des jeunes en quête de repères. Au gré des chemins et des rencontres, ils espèrent recevoir une lumière qui les aidera à orienter leur vie, leur avenir. Pour d’autres ce sera un temps de découverte, de murissement dans la foi, un temps de pause afin de repartir sur le chemin comme envoyé au milieu du monde.

 

Notre évêque aime rappeler que bien des chrétiens du diocèse sont allés frapper à la porte d’un voisin, d’un ami pour lui proposer de lire ensemble l’évangile de Marc en « maison d’évangile ». Ils étaient heureux comme les disciples de voir et d’entendre en eux quelque chose d’inouï. Je ne sais s’ils ont chassé beaucoup de démons, mais ils ont ouvert leur porte à la Parole de Jésus ils ont laissé entrer Jésus dans leur maison… Il n’est pas besoin de beaucoup les solliciter pour qu’ils continuent et approfondissent cette rencontre entre eux et avec Jésus.


Il se passe quelque chose quand après avoir fréquenté Jésus quelque temps le groupe se disperse pour aller à la rencontre d’autres qui ne sont pas dans la bergerie. N’est-ce pas ce qui s’est passé sur le chemin d’Emmaüs ?EH
 

Fermer