16: La Parole de Dieu à écouter, à vivre

La Parole de Dieu à écouter, à vivre et célébrer

 

Il y a tout juste un an, Benoit XVI ouvrait le synode sur la Parole de Dieu. Beaucoup de paroles y furent prononcées par les évêques, des débats aussi eurent lieu, une invitation pressante à lire et faire effort pour comprendre. Faut-il rappeler les efforts accomplis depuis 50 ans pour que la lecture et l’écoute de la Parole soient développées, pas simplement lire le texte mais aussi entrer en dialogue avec Dieu, dialogue initié par le texte lui- même. Dans le diocèse l’an dernier, des baptisés en grand nombre ont ouvert leur maison à l’Evangile de Marc. Cette année, ils continuent cette riche expérience avec la lecture de Luc. Beaucoup acceptent de faire cet effort de lire ce qui a été écrit par Marc, par Luc. Lire d’abord l’ensemble d’un Evangile a provoqué plus d’un étonnement et d’une découverte. Parfois notre mémoire et ce qui est écrit ne concordent pas ; alors nous entrons en dialogue avec ce texte et, par cette réflexion, la prière à partir des Ecritures s’enrichit. Ecouter quelqu’un, Marc ou Luc, nous parler et lire ce qu’ils ont laissé comme témoignage est tout autre chose que commencer par la lecture de commentaires et réflexions, de questionnements et réponses, même si cela est nécessaire. Chacun fait effort, en Eglise, de goûter la Parole donnée. Les maisons d’Evangile sont une des approches de la Parole de Dieu offerte au plus grand nombre.

 

Lorsque nous disons la Parole de Dieu, que voulons-nous dire ? Ce numéro de la revue diocésaine essaie d’ouvrir l’intelligence à la compréhension de l’expression. La réflexion se poursuit en deuxième partie de la revue, avec les journées de formation liturgique autour de « célébrer la Parole ». Mme Michèle Clavier a su éveiller nos esprits aux trois tables pour nourrir notre existence croyante : la table de la Parole, la table de l’Eucharistie, la table de la charité. Les trois sont intimement liées. La table de la charité est parfois délaissée malgré les appels des derniers papes : une eucharistie qui ne se prolonge pas en œuvre de charité ne produit pas les fruits que l’on doit attendre d’elle. Il restera aux communautés de mettre en œuvre la célébration de la Parole, espérant que les cadres proposés n’enfermeront pas les esprits dans des structures et des savoir-faire qui dessécheraient le trésor que Dieu nous confie.

 

Le cœur de nombreux bénévoles de la charité a été déchiré par le sort réservé aux immigrés dans notre Pas-de-Calais et ailleurs… il y a là matière à méditer sur la Parole et la possibilité de la mettre en œuvre dans le concret des existences. C’est pourtant la certitude de notre Dieu : « De même que la pluie et la neige descendent des cieux et n'y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l'avoir fécondée et l'avoir fait germer pour fournir la semence au semeur et le pain à manger, ainsi en est-il de la Parole qui sort de ma bouche, elle ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j'ai voulu et réalisé l'objet de sa mission ».(Isaïe 55,10-11)

 

Une page est consacrée au témoignage de prêtres sur leur ministère et la célébration anniversaire de leur ordination ; c’est une manière d’honorer l’année sacerdotale. Une autre page rappelle la nécessaire coopération missionnaire. Prochainement l’Eglise universelle sera sollicitée à prier et agir au service de la mission de l’Eglise En France et dans le monde.
Puissent les lecteurs vivre de la Parole et, à leur tour, la transmettre en devenant des témoins du Christ Verbe de Dieu, animés du souffle de l’Esprit
Abbé Emile Hennart
 

Fermer