Non pour etre servi, mais pour servir...

29ème dimanche ordinaire


Isaïe 53, 10-11; Hébreux 4, 14-16 ; Marc 10 35-45

 

Qui ne connait l’expression « moi d’abord, les autres après ». ll semble devenue un mode de gouvernement et de vie en société. Cela semble vrai dans le domaine des mœurs : pédophilie, exploitation sexuelle, recherche du plaisir. Cela devient de plus en plus vrai dans le monde économique. "Se servir" devient le maitre-mot de l'homo oeconomicus. Qu’importe la vie des personnels (sans papiers ou salariés de grande société, pourvu que ce soit rentable aux yeux des actionnaires. La notion de bien commun a fait long feu. Sans doute trouvera-t-on exagérés ces quelques lignes… voire! Cette remarque préalable permet d’entrer de plein pied dans la demande de deux disciples auprès de Jésus… « Voici que tu vas restaurer le Royaume de David, est-ce que tu nous donneras les deux premières places, à ta droite et à ta gauche ? » Il n’est pas interdit de penser à la réaction des dix autres apôtres qui ont dû se sentir coiffés sur le poteau par deux plus débrouillards.

 

Le chemin, de Galilée vers Jérusalem, que parcourt Jésus accompagné de ses disciples et d’un certain nombre d’amis est l’occasion de discussions, d’échanges entre le maitre et les disciples. L’évangéliste-rédacteur, Marc, construit son récit de manière à faire apparaitre, par trois fois, l’annonce du conflit mortel qui attend Jésus à Jérusalem. Par trois fois Marc nous montre les disciples préoccupés par tout autre chose. Aujourd’hui nous entendons la troisième des attitudes des disciples qui n’ont rien compris, semble-t-il au chemin de Jésus. Et pour la troisième fois, Jésus va expliquer quelle est sa conception de la vie, de l’art de vivre en fils et fille de Dieu. C’est d’ailleurs la fin de l’enseignement de Jésus sur le chemin. Suivra les travaux pratiques, à savoir l’inaptitude des disciples à faire honneur à l’aveugle sur le bord du chemin, puisqu’ils vont d’abord l’écarter du chemin et d’une possible rencontre avec Jésus.

 

Ce que Jésus vient de dire, ils ne l’auront pas mis en application pour cet aveugle. En effet que vient-il de dire ? « Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier qu’il soit l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie… » Bien sûr nul n’est obligé de suivre Jésus, et ce qu’il demande, concrètement, aujourd’hui, n’est pas dans l’air du temps. La conception très libérale de la vie en société, vie économique et sociale semble précher le contraire. Autre temps, autres mœurs ?

 

Pas sûr mais aujourd’hui comme hier il importe de dire ce qu’est vivre en société, vivre en humain. N’en faisons pas un mode de vie réservé aux adeptes d’une religion ou d’une secte dont on se gausse sans vergogne : des croyants et des non croyants crient dans le désert pour développer une société où les relations ne sont pas d’abord marchande ou commerciales, où les relations portent attention au vivant sur la Planète, aujourd’hui, et au vivant sur la Planète demain. Faut-il les qualifier d’illuminer ? Ce qui donne sens à la vie n’est pas la grandeur de son compte e banque ici ou en Suisse ou ailleurs, c’est l’amour que l’on aura su donner au prochain, c’est le respect de l’autre que l’on aura su honorer. Sinon, ce sera l’enfer pour tout le monde. Certains disent que c’est déjà commencé. On peut espérer une conversion, un retournement de la part de ceux qui donne le ton et le style de vie : que l’on remplace les futilités par plus de fertilité ! EH
 

Fermer