Ce sont des hommes que tu pêcheras

Evangile du 5ème dimanche ordinaire

Isaïe 6, 1-8 ; 1 Corinthiens 15, 1-11 ; Luc 5, 1-11


L’habitude de donner comme titre à ce récit celui de « la pêche miraculeuse détourne notre esprit de la seconde partie du récit d'appel des premiers disciples. Il s’agit de la rencontre de Pierre avec Jésus au moment où Pierre découvre la distance entre Jésus et lui. Cette distance exprimée par « éloigne-toi de moi, je ne suis qu’un pécheur… Nous retrouverons l'expression dans la bouche du publicain en prière. Le centurion dira à Jésus qu’il est indigne de le recevoir chez lui.

 

Fort intéressant aussi est le nombre de fois où Jésus parle des pécheurs, non pour leur reprocher leur péché, mais pour leur signifier qu’ils ont leur place dans la maison du Père. Ceci sera développé dans les paraboles, la plus connue étant celle du père qui accueille sans questions ni réprimande le fils de retour d’une longue fugue.

 

« Je ne suis qu’un pécheur… », dit Pierre, et c’est alors que Jésus lui confie de mener la barque qe l’on appellera plus tard Eglise. Dans ce dialogue entre Pierre et Jésus tout est dit du dialogue que nous aussi pouvons entretenir avec Jésus. Une relation nouvelle avec le Père peut commencer, celle de se reconnaitre fils aimé du Père.

 

Sans doute faut-il s’arrêter quelques instants à regarder la foule et son attitude : elle écoute la parole de Jésus, et Jésus ne les traite pas d’ignares… pourtant elles sont comme des brebis sans berger ! Tout cela me fait penser à ces nombreuses maisons d’Evangile qui se sont élevées depuis bientôt deux ans. Ce sont autant de personnes qui désirent entendre Jésus et ce que les apôtres ont retenu à son sujet.

 

Il y a là le signe d’un désir et d’une attente… sans trop savoir, au début de la lecture d'Evangile où Jésus va les mener. Elles ont confiance en sa parole. Sa manière d’être et de parler fait autorité, non pas celle issue d’un savoir, mais celle de la proximité et de l’accueil. Pour l’instant elles écoutent. Pierre reçoit une invitation : "désormais ce sont des hommes que tu prendras". Dès lors, Pierre, Jacques et Jean quittent tout et suivent Jésus. Nous avons le droit d’être étonnés de la rapidité de leur réponse. Mais lorsqu’on raconte, longtemps après un évènement fondateur de sa vie, on ne fait pas dans le détail, on va à l’essentiel : ainsi en est-il pour cet appel : ils ont entendu et répondu.

 

Avant de fermer notre lecture il peut être utile de nous reprendre les mots de Pierre à Jésus, puis d’entendre les mots de Jésus à notre égard… Sans doute sommes-nous la foule qui observe pour l’instant ce dialogue… mais peut-être y a-t-il en nous le secret désir de continuer à entendre la Parole de Jésus et de nous mettre à sa suite. Dans une quinzaine de jours, les catéchumènes, qui se préparent au baptême à Pâques feront un pas de plus vers le Christ en se reconnaissant appelés par le Christ (appel décisif dit-on). Heureux ceux qui entendent la Parole de Jésus et la mette en œuvre.
Abbé Emile Hennart
 

Fermer