Organiste ou accompagnateur?

A l'église Saint Amé de Lestrem, M André COCQUEEL, est organiste depuis environ une quarantaine années. L'organiste bien souvent on ne le voit pas, aujourd'hui, nous lui donnons la parole:

 

Interview

 

Organiste ou accompagnateur?

 

            A l'église Saint Amé de Lestrem, M André COCQUEEL, est organiste depuis environ une quarantaine années. L'organiste bien souvent on ne le voit pas, aujourd'hui, nous lui donnons la parole:

 

image001 image001  1) A quel âge, avez-vous commencé à jouer de l'orgue, dans quelle église et pour quelle occasion?

Vous m'interrogez sans doute au bénéfice de l'âge. Mais je ne puis pas vous répondre sans auparavant rendre hommage à celles et ceux ( organistes – choristes – etc...) qui assurent ces services dans toutes les églises, à toutes occasions, parfois avec une formation musicale réduite mais beaucoup de cœur et de bonne volonté. C'est en l'église de Wez Macquart (entre Armentieres et Lille) que j'ai touché un orgue pour première fois. Les techniques de base de l'accompagnement m'ont été enseignées à partir de la messe en mi bémol majeur, dite messe des anges, chantée en latin bien sûr!. Le souvenir d'avoir accompagné la Marseillaise (ce fait reflète, une époque et l'exaltation de la libération) situe ce premier contact avec l'orgue un peu avant la guerre 39-45.

 

 

2) D'où vient cette passion? Et comment vous la vivez?

Nous avons tous des dons dans quelque domaine que ce soit. C'est souvent un héritage culturel que facilite leur expression, mais c'est parfois le regret des parents ou des ainés de la famille de n'avoir pas eu cette possibilité qui les poussent à la donner aux plus jeunes. J'ai eu cette chance et je ne touche jamais un instrument sans dire merci à celles et ceux qui me l'ont donné.

    – ) Ce fut d'abord des cours de solfège et de piano au collège.

    – ) En temps de guerre, et à cette époque, les loisirs extérieurs étaient  

         limités. Avec mon père et trois frères ainés, l'équipe était complète pour

          les jeux de cartes. J'étais disponible pour autre chose.                    

    – ) Venant se ravitailler à la ferme, un organiste d'Armentières me donnait, par la même occasion un complément de formation musicale.

En conclusion de ceci : je ne crois pas au hasard mais à la Providence : cela me donne l'impression, non pas de donner, mais de restituer.

 

3) Que représente pour vous le fait de jouer sur le grand orgue de l'église de Lestrem?

image002 image002  L'orgue de l'église Saint Amé de Lestrem est un « Cavaillé Cool », un grand orgue d'accompagnement composé de 2 claviers de 5 octaves complets (exceptionnel) d'un pédalier de 32 notes, de 13 jeux, 17 registres et 7 pédales de combinaisons. Estimé à 100 000 fr de l'époque en 1920. Il est considéré aujourd'hui d'un entretien moyen. Par chance ou plutôt grâce au souci des élus de préserver le patrimoine, il est à l'abri sous une bonne toiture mais aussi « ménagé » par le meilleur des modes de chauffage pour préserver les orgues. Sa beauté architecturale, ses possibilités techniques et ses très belles sonorités sont en parfaite harmonie avec notre très belle église classée. Entretenu à ce jour par la générosité des fidèles et de généreux donateurs cet orgue aurait besoin aujourd'hui d'une remise en état plus importante. Retrouvant alors tout son potentiel, joué par un organiste de talent, il serait un régal non seulement pour les fidèles mais pour l'oreille sensible à la beauté. C'est vraiment un cadeau pour moi de jouer , même si son utilisation est un peu restreinte.  Depuis quand? . J'ai succédé à M. BréHON de La Fosse, qui avait lui-même succédé à sœur Saint François. C'était quelques années avant l'arrivée de M. L'abbé BRASME. 

 

 

4)    Comment vivez-vous l'accompagnement musical des célébrations?

 

image003 image003  Je dois d'abord remercie les personnes qui me remettent à chaque cérémonie des partitions classées. De  plus le fait d'avoir un piano chez moi permet  d'étudier les  nouveaux chants et de participer très peu aux répétitions.

Accompagner, c'est s'adapter, soutenir,

 

- ) c'est facile et agréable de le faire pour une chorale nombreuse et une assistance  qui participe aux chants.                                            - ) c'est plus exigeant lorsque les effectifs de la chorale sont  restreints,pour des funérailles ou  il faut se mettre au diapason de l'équipe de laïcs   qui anime la cérémonie.                  - ) Dans tous les cas, c'est un grand encouragement lorsque l'une ou l'autre personne de l'assemblée vous dit que vous l'avez aidé à prier.

 

 

5) Avez-vous eu l'occasion de transmettre votre passion aux plus jeunes?

Je n'ai pas le talent de la transmission. Un petit fils a commencé, puis s'est dirigé vers l'harmonie municipale et la guitare. La difficulté pour des jeunes en étude c'est de trouver le temps mais aussi et surtout sans doute le fait qu'un organiste est seul,non porté par l'ambiance d'un groupe musical quel qu'il soit.

 

 

6) Quel serait votre souhait?

            - Celui d'accompagner des assemblées plus chantantes, comme lors des offices à l'échelle de la nouvelle paroisse .Pour cela il faudrait un minimum de chants communs à tous les clochers pour que les choristes puissent rejoindre n'importe quel chorale.

            - Celui de laisser toute liberté aux jeunes (de temps en temps) pour animer les célébrations,aussi bien dans le choix des chants que dans celui des instruments ,sans abandonner les orgues pour autant.

 

 

7) Quel message voudrez-vous passer aux lecteurs de Regard En Marche?

Ne me sentant pas autorisé à laisser un message, je préfère citer cette réflexion tirée du livre du père René Luc (Dieu en plein cœur): « Dieu n'appelle pas les meilleurs, mais il nous demande de donner le meilleur de nous-même ».C'est à la fois engageant et rassurant. 

 

Nous remercions M André Cocqueel, qui à bien voulu répondre à quelques questions nullement indiscrète sur sa passion.      

 

   Philippe BREVIERE

 

 

 

MERCI ANDRE


 

     A Lestrem, M. André COCQUEEL, était très connu comme organiste de notre église Sainte Amé, depuis une quarantaine d'années. M Cocqueel est décédé le dimanche 25 décembre 2011, à l'age de 83 ans , ses funérailles on eu lieu le jeudi 29 décembre à Lestrem. Ci-joint le petit mots de l'abbé Jean Claude DESSINGES, qu'il a lu le dimanche 20 novembre 2011, lors de la bénédiction de l'orgue restauré et de la remise de la médaille diocésaine par le Père Évêque à André :

«  Après la bénédiction de l'orgue restauré de St Amé par le père Évêque, il faut nous tourner vers celui qui le fait chanter, vers vous André.... Un grand merci pour tout le temps passé depuis le mois de Janvier à suivre pas à pas les travaux de restauration de l'orgue, de « votre » orgue. Vous accompagnez depuis de nombreuses années toutes les célébrations dans cette église et vous allez toujours bien volontiers remplacer un confrère dans les clochers de la paroisse. C'est en l'église de Wetz-Macquart (entre Armentières et Lille) que vous avez touché un orgue pour la 1ere fois,il y a prés de 70 ans et les techniques de base vous ont été enseignées à partir de la messe en mi-bémol majeur dite « messe des anges » qu' on chantait à l'époque en latin. Vous avez appris le solfège et pris des cours de piano au collège. Et c'est un organiste d’Armentières qui venait se ravitailler à la ferme de vos parents pendant les temps de guerre qui vous donna un complément de formation. Vous êtes organiste depuis plus de 40 ans et vous avez succedé à M. Bréhon de La Fosse quelques années avant l'arrivée de l'abbé Brasme. Le bonheur de donner de vous-même vous l'exprimez de cette façon : « Je ne crois pas au hasard mais à la Providences, cela me donne l’impression non pas de donner mais de restituer » Vous devez vous demander pourquoi je me permets de rappeler tout cela. Avec l'EAP* nous avons voulu vous remercier de façon particulière et officielle en demandant au Père Évêque de vous décerner la médaille de la Reconnaissance Diocésaine. Il va vous remettre cette médaille – bien méritée – accompagnée de ce diplôme. Encore un grand merci, André, et avec toute notre affection. Abbé Jean Claude DESSINGES »

L’équipe « regard en marche » voudrait exprimer ici à la famille d' André toute son affection et amitié.

Vous pouvez relire sa dernière interview pour « regard en marche » sur le site du diocèse : http://arras.catholique.fr/page-18768.html

*EAP : Équipe Animation de la Paroisse


 

Article publié par Paroisse Sainte Famille en Bas Pays • Publié • 4128 visites