Messe chrismale 2010

Résumé de l'homélie messe chrismale

Monseigneur a présidé la messe chrismale entouré des prêtres du diocèse. Etaient honorés les prêtres jubilaires, ainsi que Mgr Jacques Noyer ordonné prêtre en 1959, aujourd'huui évêque émérite d'Amiens. Résumé de l'homélie:

 

L'assemblée à Bapaume Messe chrismale à Bapaume  
L'assemblée à Bapaume
L'assemblée à Bapaume
Rappelant le souci de chaque commune pour l’existence de son église Mgr rappelle que l’église à laquelle on tient est parfois un pâle reflet de la mission qui lui est confiée : “portez la bonne nouvelle aux pauvres, annoncez aux prisonniers qu'ils sont libres et aux aveugles qu'il verront la lumière, apportez aux opprimés la libération, annoncez une année de bienfaits accordés par le Seigneur”. C’est ainsi qu’elle manifeste tout ce qu’elle a reçu du Seigneur, en l’offrant à tout être humain qui aspire à la paix, à la justice, à la liberté, à la fraternité.

 

Chacun, et les ministres ordonnés en particulier, doit pouvoir témoigner par sa présence du Christ sauveur par la vie d’une Eglise qui guérit, libère, relève, pardonne et rassemble au nom de Jésus de Nazareth, le fils de Dieu. Elle le fait dans la discrétion des mots et des gestes, la proximité, le service, comme elle le fait dans la proclamation de la parole de Dieu, la célébration des sacrements, l'exercice de la charité. Cette Église se réjouit de collaborer avec des hommes et des femmes qui n'appartiennent pas à son corps, mais se dépensent généreusement sans compter pour le mieux-être des leurs et de leurs semblables.

 

Développant quelques points de Vatican II qu’on oublierait : Le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel ou hiérarchique, participent de l'unique sacerdoce du Christ, qui a renoncé aux place et aux honneurs. Il n'a rejeté personne. Il s'est levé contre tous les pouvoirs, avides d'appuyer leur contrainte et leur autorité sur une interprétation dévoyée de la Parole et de la loi divine. Le Christ a fait l'expérience de la déception, de la trahison. Il n'a pourtant jamais cessé d'accorder sa miséricorde et sa compassion. Sous son regard, dans son amour, un être humain a toujours un avenir.

 

 

Messe chrismale à Bapaume Messe chrismale à Bapaume   Mgr Jaeger rend grâce pour tous les acteurs de la mission de l'Église diocésaine qui, la main dans la main, en dépit d'une foule de difficultés, se laissent pénétrer par l'Esprit de Dieu, qui renouvelles les personnes et les structures. Mgr invite tous ces acteurs de l’Eglise, ministres ordonnés et fidèles du Christ, anonymes, prêtres, diacres, religieux, religieuses, consacrés, laïcs en mission ecclésiale : qu’ils demeurent passionnés par le Christ, qu’ils le suivent sur le chemin de la foi et de la résurrection, qu’ils le servent dans les plus faibles et les plus démunis.


Nous pourrons toujours nous attarder sur les changements qui affectent notre Église, la cure d'amaigrissement qui semble lui être imposée, la diminution du nombre de ses fidèles, de ses prêtres, de ses œuvres, de ses moyens. Nous souffrirons aussi des critiques, tantôt légitimes, tantôt totalement injustes, dont elle-même et ses membres, jusqu'au pape aujourd'hui, sont la cible.
Nous ne pouvons pas rester sourds aux interpellations de notre époque, aux bouleversements culturels considérables… Pourquoi l'Église échapperait à ce remue-ménage. L'Église doit cependant s'interroger sur la manière dont elle invite nos contemporains à accueillir et à vivre l’héritage. En ce domaine, la frilosité n'a jamais été un bon conseiller.

 

 

Après avoir rappelé que le Christ a donné le signe du service pour ses disciples, Mgr Jaeger évoque l’année sacerdotale voulue par Benoit XVI : invitation à la réflexion sur le ministère des prêtres ; invitation à multiplier encore les responsabilités des divers membres de l'Église, avec le souci que tous demeurent au service de l'humanité entière selon le dessein de l'amour de Dieu.


Méditer devant le Christ en croix n’est pas invitation à chercher un refuge dans la tempête. Cet arrêt devant le Christ est nécessaire pour nous permettre de vivre à la suite du Christ, configurés au Christ selon la parole des théologiens. Et de rappeler que les prêtres ne peuvent pas annoncer, communiquer, servir la vie réelle au matin de Pâques sans passer eux même par la croix.

 

Les prêtres ont souvent de bonnes raisons de se plaindre des limites, des tiédeurs, des faiblesses. Les fidèles laïcs pourraient certainement ajouter quelques plaintes à celles des ministres ordonnés.. Comme pour les apôtres à l'heure décisive, la tentation de déserter peut les atteindre.

 

Mais ces prêtres sont là…, certains depuis deux ans, dix ans, vingt-cinq ans, cinquante ans, soixante ans, soixante-dix ans et plus. Par leur vie, auprès des frères, ils proclament que toutes les croix de l'humanité rassemblées en Christ, deviennent semence vers le triomphe pascal, source et gage d'un authentique bonheur. Par leur ministère, humble et fidèle, par l'Esprit saint, le Christ construit cette Église dont l'incroyant lui-même peut reconnaître qu'elle est féconde et utile pour l'humanité.

Chers frères prêtres, là est votre joie, je vous le garantis, elle ne vous sera pas enlevée.
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 13352 visites