Deux témoignages Maisons d'Evangile

Monique Hébrard; Janine Lelorne

Témoignage de Monique Hébrard paru dans la revue Ecclésia N° 6, Juin 2010


Nous sommes huit personnes à nous retrouver une fois par mois pour une lecture continue de Maison d'Evangile - Luc Maison d'Evangile - Luc   l’Evangile de Marc. Je cherchais que proposer à deux néophytes fraîchement baptisés et à deux hommes “recommençants“ qui avaient fait partie de l’équipe d’accompagnement. A ce moment-là, j’ai lu dans Ecclésia n°1 le dossier relatant l’expérience de la lecture continue de Marc dans le diocèse d’Arras. Je suis allée voir le site et ai été enthousiaste. J’y ai invité un homme engagé dans la sauvegarde du patrimoine et un autre qui attendait depuis longtemps ce genre de groupe. J’accompagne ce groupe avec une religieuse. Je suis étonné de l’écoute attentive de ces personnes qui connaissent peu l’Evangile et de ce qu’elles peuvent y « entendre ». Une précieuse expérience.

 

Témoignage de J.Lelorne


Notre dernière réunion s'est achevée. Toutefois les personnes ont manifesté le désir d'une dernière rencontre à partir des questions qu'elles se posaient : l'esprit saint, relire un Evangile mais en prenant le temps, le bouddhisme c'est quoi ?


Aujourd’hui voici la question que je désire partager : le corps de Jésus a t-il été retrouvé après ? J'y ai répondu au mieux avec ce que j'ai reçu par rapport à cette question. De même que pour le credo : beaucoup de questions, sur la résurrection de la chair ; l’importance du chemin/cheminement, à partir d’Emmaüs, de l’écoute, prendre le temps de voir les signes de Dieu, "la Cène : si c'est Dieu présent, quelle tristesse à la messe !!!

 

Difficile d'être attentif à notre vie, comme les disciples d’Emmaüs que Jésus a interpellés. Les participants sont aveuglés : nous aussi, on est loin d'être des saints ! J'ai réagi : chacun est appelé à la sainteté, j’ai essayé de dire “c'est quoi être saint.”.


On a lu la prière "sur la route d'Emmaüs " chacun a exprimé le mot qui l'a touché : "un Dieu vagabond, un Dieu d'exode, le chemin, le risque de l'échange”. Le désir de dire les mots de l'Evangile “autrement adapté” à notre aujourd'hui est revenu souvent, et aussi “risquer de dire notre foi, dès qu'on le peut”.

On ne pourra peut-être pas venir à la rencontre bilan des maisons d’Evangile. Nos rencontres se vivent dans la convivialité mais il y a une telle soif de connaître l'Evangile que c'est là l'essentiel ! Ce que j'apprécie, c'est aussi le fait que ce sont des personnes (dites) loin de l'Eglise, mais tellement ouvertes à la Bonne Nouvelle, et en recherche !
 

Fermer