Index des noms propres-Actes des Apotres

Qui sont les personnages rencontrés au fil des Actes des Apôtres?

(texte non définitif)

Tout d’abord la liste de deux groupes : les Douze et les Sept

 

Les Douze

Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques, Matthias

 

Les Sept

Étienne, homme rempli de foi et d'Esprit Saint, Philippe, Procore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas, un païen originaire d'Antioche converti au judaïsme. Chacun porte un nom à consonance grecque et non juive. Cela signifie que le choix de la première Eglise est de favoriser les relations entre eux (les colonnes de l’Eglise) et les croyants venus de la civilisation hellénistique, non-juive.


Selon une technique littéraire, expliquée par Marguerat (Première histoire du christianisme, p. 308, la rhétorique du silence), Luc, après chaque liste commence à présenter l’activité des deux premiers de la liste… et laisse le silence sur les autres. Manière de dire, “l’œuvre est commencée…. A vous de voir (d’écrire ?) la suite, car mon projet n’est pas de raconter la vie de chacun mais de montrer l’essentiel, à savoir que La Parole se répand, de Jérusalem en Judée Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre”.

 

Barnabé.

Il est nommé une première fois, avec quelques qualificatifs élogieux à propos du rapport aux biens, ch. 4. Il ; avant Ananie et Saphire, second exemple du rapport aux biens. Dans l’optique de l’écrivain Luc d’amadouer les gens allergiques à Paul et à ses activités, on voit progressivement entrer en scène Barnabé : Joseph, surnommé Barnabé (double-nom) par les apôtres, ce qui signifie l’homme du réconfort, possédait un champ, c’était un lévite, originaire de Chypre. Il vendit son champ et en apporta le montant et le déposa aux pieds des apôtres.

 

On le retrouve amenant Saul à rencontrer les apôtres plutôt réticents (9,27). Il est envoyé par l’Eglise de Jérusalem pour voir ce qui se passe à Antioche (11,22). Il se réjouit et encourage les fidèles. Nouveaux qualificatifs sur sa personne : c'était un homme de bien, rempli de l'Esprit Saint et de foi. C’est alors qu’il part chercher Saul retourné au pays, à Tarse. Peut-on reprocher à un homme aussi “qualifié” d’avoir fait le choix d’amener Saul à Antioche pour développer la communauté locale, qui désormais porte le nom d’Eglise, et les croyants, le nom de chrétiens.

 

Cette entrée progressive en scène de Barnabé montre la qualité d’écrivain de Luc, qui invite à se familiariser avec Barnabé avant qu’on ne le voie prendre de graves décisions. Barnabé et Saul remontent des aides financières à l’Eglise mère de Jérusalem. Au ch. 13, on retrouve Barnabé et Saul mis à part pour l’œuvre de Dieu… Barnabé est toujours nommé premier du duo, jusqu’au moment où ils vont rencontrer le proconsul Sergius Paulus, à Chypre (13,9). C’est alors que désormais Saul est appelé Paul et que le duo Barnabé/Saul devient Paul/Barnabé. En langage d’astronautique, on dira que Barnabé est la fusée porteuse qui propulse Paul.

 

Cette stratégie littéraire de Luc a-t-elle suffi à désarmer les chrétiens anti-Paul et les convaincre du bien fondé de son appel et de ses activités ? Barnabé se sépare de Paul au début du second voyage (14, ) suite à un différend au sujet de Jean, surnommé Marc

 

Cinq noms sont associés, au début du Ch.13: Barnabé, Syméon surnommé Niger, Lucius de Cyrène, Manahène, ami d'enfance du prince Hérode, et Saul Ils sont présentés en prière au moment oul'Esprit Saint fait comprendre la neccité d'envoyer en mission au-delà de la communauté Barnabé et Saul. 13, 1-5.

 

Ananie et Saphire.

Couple de la toute première communauté qui vend une propriété et apporte une partie de la vente, en laissant croire qu’ils ont tout apporté. Pierre les accuse de mentir à l’Esprit-saint et à la communauté. Marguerat étudie de manière très subtile ce récit, souvent mal interprété. (Première histoire du Christianisme p.239-268)
Théophile. C’est à lui qu’est dédié l’œuvre des Actes, tout comme l’Evangile. On discute toujours pour savoir si c’est le nom d’un ami à qui Luc écrit ou un nom générique « Amis de Dieu », à toi est dédié ce livre

 

Joseph Barsabbas,

surnommé Justus. Il est présenté avec Matthias pour prendre la place laissée vacante par Judas. (Actes 1). On retrouve un Jude, surnommé Barsabbas, envoyé porter, avec Silas, les décisions de l’assemblée de Jérusalem 15,22

 

 

Anne le grand prêtre, Caïphe, Jean, Alexandre,

et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres. Tels sont désignés les gens devant qui Pierre et Jean comparaissent pour avoir parlé et guéri au nom de Jésus.

 

Hérode le Gand,

Fils d’un Iduméen et d’une princesse arabe. C’est celui dont parle l’Evangile de Luc. Né vers 73 av. J-C, il eut dix femmes. Il réussit à étendre son pouvoir à l’aide de Rome. Gouverneur de Galilée en -47, puis roi de Judée en 41-40… Il meurt en -4. Grand bâtisseur, c’est sa manière de flatter tout à la fois les Juifs(le Temple et autres somptuosités), et les romains (construction de Césarée, de Tibériade, etc.). Ce fut une dictature sanglante, dont fait échos sans doute la parabole des mines en Luc 19).

 

Hérode Agrippa I

Petit fils d’Hérode le Grand, né en 10-9 av. J-C. Il meurt à Césarée en 44. Pour gagner la faveur des Juifs, il persécuta les chrétiens (mort de Jacques)

 

Hérode Antipas

(Antipas = à la place du père). Autre fils d’Hérode le Grand né en -22. Tétrarque de Galilée et Pérée. Epouse Marianne, femme de son demi-frère ; fonde la ville de Tibériade et d’autres. ; En 39 il est exilé par les romains en Gaule. C’est lui qui aurait fait exécuter Jean Baptiste.

 

Gamaliel,

membre du sanhédrin, du parti des pharisiens. Luc laisse entendre à plusieurs reprises qu’il n’y avait pas unanimité chez les Juifs à propos de Jésus. Gamaliel en est in exemple ; Paul aussi ; de même Joseph d’Arimathie. Jean signale Nicodème…(Petite anecdote: bien des si^putes d'interprétations avaient lieu en monde juif. A l'époque de Gamaliel, un spécialiste réputé semble être Schammaï, dont la langue française a gardé la trave dans le mot: chamaillerie 

 

Theudas

émeutier qui souleva des affranchis, des Cyrénéens et des Alexandrins de la Palestine contre les romains en -4, à l’occasion de la mort d’Hérode ;. Flavius Josèphe situe plutôt cette révolte en 44-46) Ac. 5, 36. Il y eut dans l’histoire juive d’avant 66-70 un certain nombre de tentatives de renversements du pouvoir romain

 

Saul – Paul

Juif de Tarse, de la tribu de Benjamin, pharisien, citoyen romain de naissance (Luc lui accorde une grande place dans l’annonce de l’Evangile aux païens. Il a écrit de nombreuses lettres : Thessaloniciens, Philippiens, Corinthiens, Galates, Romains, Philémon, Colossiens. D’autres lui sont attribuées : Ephésiens, Timothée, Tite. Il n’est pas l’auteur de la lettre aux Hébreux. (Né entre +5 et +10 ; meurt décapité à Rome entre 64 et 67).

 

Simon le magicien

 (ces ch.8) en Samarie, sur la route des évangélisateurs ; il croise le chemin de Pierre et Jean. C’est à partir de sa demande d’obtenir le don de l’Esprit moyennant finance qu’on parlera de simonie, c’est-à-dire la volonté d’acquérir à prix d’argent des choses spirituelles.

 

Simon le corroyeur

(Actes 9, 43 ; 10, 6) chez qui Pierre est hébergé à Joppé

 

Candace,

d’Ethiopie. Plutôt qu’un nom personnel c’est un titre, tout comme on dit pharaon, pour désigner celui qui dirige le pays.

 

Ananie ou Ananias.

Le nom signifie « Yahvé est favorable »... Trois personnages portent ce nom : l’un Juif chrétien de Jérusalem, mari de Saphire trompe la communauté au sujet de la vente d’une propriété ; l’autre, à Damas baptisera Saul Ac 9, 10-11; un autre enfin, fut grand prêtre entre 47 et 59 est présenté comme président du sanhédrin qui jugea Paul 22,12. Il sera assassiné dans un égout par les Juifs en 66, au commencement de la révolte contre Rome.

 

Enéas

 9, 33. Homme paralysé, que Pierre guérit ; à Lydda.
 

Tabitha

 Il y avait à Joppé, parmi les disciples, une femme du nom de Tabitha, en grec Dorcas. Elle

était riche des bonnes œuvres et des aumônes qu'elle faisait. Certains exégètes se demandent s’il n’y a pas invitation à rapprocher cette guérison/retour à la vie avec le récit de Marc 5,38-43 : talitha (jeune fille…). Dans les Actes, à plusieurs reprises on trouve une manière de rédiger qui provoque à rapprocher la vie des premiers chrétiens de celle de Jésus. Cf. la mort d’Etienne etc.

 

Corneille

Centurion romain de la cohorte Italique, en service à Césarée. Il est considéré comme le premier craignant-Dieu à se convertir. Actes 10 et 11

 

Agabus

11,28 Prophète chrétien, de Jérusalem. Il annonça deux évènements : la famine et l’arrestation de Paul (11,27 ; 21.10)

 

Rhodé

Nom d’une jeune servante, signalé en Ac 12,13. Un amusant quiproquo est singalé lorsque Pierre frappe à la porte.

 

Marie mère de Jean-Marc

 Marie, mère de Marc l’évangéliste. Plusieurs femmes portent le nom de Marie (Myriam, qui était alors très porté. Le double-nom est fréquent. En monde romain il y avait le nom et le "surnom" (cognomen. En mode juif, il y avait le nom de rzacine hébra^$qie, auquel on associait un nom d'origine greco-romains. Saul/Paul ; Joseph/Barnabé ; etc.

 

Jean (Marc).

Nom d’origine romaine qui signifie “marteau”. Fils de Marie de Jérusalem, il est cousin de Barnabé, compagnon du premier voyage de Paul. Il est sans doute le même que signalé par Paul en Colossiens 4,10 ; 2 Timothée 4,11, Philémon 24 et 1 Pierre 5,13. Selon la Tradition il serait l’auteur du second évangile, écrit à Rome peu avant 70.

 

Blastus,

l'officier de la chambre du roi 12, 20

 

Bar Jésus,

faux-prophète juif, à Chypre
 

Elymas

 magicien, à Chypre. Il faudrait mieux connaitre l’environnement socio-religieux dans les villes de province. Car il existait de nombreux prédicateurs itinérants de diverses divinités. Il est possible que les disciples de Jésus devenus prédicateurs aient été considérés comme magicien, devin ou prophète (= distillant une parole sur Dieu). Il a fallu du discernement pour qu’ils soient reconnus comme portant la Parole de Dieu et de Jésus : ils n’avaient pas de lettre de recommandation ! Ainsi à Athènes, on demande à Paul de s’expliquer comme les athéniens ont du le demander à d’autres… Il ne semble pas que Paul ait été convaincant.
 

Sergius Paulus,

proconsul romain en poste à Paphos (Chypre)

 

Zeus et Hermès

nom de deux divinités du panthéon gréco-romain
 

Jude 

(appelé aussi Barsabbas) et Silas 15, 2
 

Silas,  

grécisation du prénom “Saül” (ou peut-être de Silvanos, Silvanus). Citoyen romain chrétien de Jérusalem. Compagnon de Paul, délégué à Antioche, coauteur des épitres aux Thessaloniciens et le la 1ère Pierre

 

Timothée.

Né à Lystres d’un père païen et d’une mère juive devenue chrétienne Ac 16,1). Disciple aimé et collaborateur de Paul pendant environ 15 ans, il fut chargé de nombreuses missions auprès des Eglises. Il est co-auteur de la plupart des lettres de Paul. Les épîtres pastorales en font l’un des principaux “épiscopes” de la deuxième génération. Ne pas confondre épiscope et presbytre.

 

Lydie à Philippe.

Dame influente, juive, qui commerce avec l’armée romaine pour vendre de la pourpre (tissu de couleur indispensable à ‘armée romaine). Convertie, elle offre à la communauté de se réunir chez elle, et Paul accepte la proposition. La lettre aux Philippiens est-elle adressée à elle et à sa communauté ?.
 

Denis,

 membre de l'Aréopage à Athènes; après le discours de Paul se convertit, ainsi qu’une femme nommée Damaris,
 

Aquilas et Priscille,

originaires des bords de la mer Noire, étaient arrivé d'Italie femme après leur expulsion de Rome par l’empereur Claude (édit daté de 47 ou 48). Ils résidaient à Corinthe où Paul les rencontre et deviennent familiers.

 

Titius Justus

(Ne pas confondre avec Joseph Barsabbas, surnommé Justus Ac. 1). Titius Justus est signalé à Corinthe, comme habitant près de la synagogue. C’était probablement un incirconcis. C’est chez lui que Paul va habiter suite à un différent entre lui et certains juifs de la synagogue !
Crispus. Chef de synagogue à Corinthe ; “Il crut au Seigneur avec tous les siens. Beaucoup de Corinthiens qui entendaient Paul embrassaient également la foi et se faisaient baptiser. Ac 18,8. En Corinthiens 1,14 Paul signale qu’il l’a baptisé.
Gallion. Frère de Sénèque le philosophe, proconsul d’Achaïe en 51-52 ou 52-53, (chronologie établie grâce à une inscription de Delphes). Son comportement montre qu’il temnait la foi chrétienne pour licite. (Ac 18,12-17).
 

Apollos

 Un juif converti, devenu prédicateur de Jésus. Ses ^paroles concernaient surtout à rapprocher Jésus de l’ancien Testament. Il ne semble pas avoir fréquenté Paul. Aquilas et Priscille, disciples de Paul ont du le “remettre en place” alors qu’il devait dévier un peu. Il a du avoir des partisans pour que Paul en parle dans la 1 Corinthiens, à propos des divisions des chrétiens en partis… les uns prenant le parti de Pierre, d’autre Paul, d’autres d’Apollos à quoi Paul réplique, et moi je suis du parti de Jésus !
Tyrannos A Ephèse. Nom d’un professeur de rhétorique. Il prêtait (ou louait) une salle à Paul. Après que celui-ci dut couper ses relations d’avec la synagogue. 19,9. Un manuscrit, de la variante occidentale précise que Paul enseignait de la 11h à 16h, c’est-à-dire pendant les heures creuses du repas et de la sieste.

 

Scéva,

On ne connait pas de grand-prêtre du nom de Scéva. Luc parle de ses 7 fils, juifs, qui essaient de guérir en prononçant le nom de Jésus. (Ac19,14)

 

Eraste

Est cité avec Timothée comme compagnon de Paul (19, 22). Paul cite son nom en Romains 16,23 et 2 Timothée 4, 20
 

Démétrius

 Actes 19, 23-40 A Ephèse. Les Actes présentent Démétrius comme le chef de la confrérie des orfèvres. Ils vivaient de la vente des objets religieux produits pour les pèlerins venus adorer Artémis. Le récit de Luc ne manque pas d’ironie pour parler de la dévotion. Cela lui permet de montrer d’une part que la prédication chrétienne n’est l’objet d’aucune contestation de la part du pouvoir romain, d’autre part, c’est l’occasion d’une catéchèse sur les faux dieux et les idoles de mains d’hommes (cf. Etienne en Ac 7, 48). L’histoire et l’archéologie recoupent sur plusieurs points ce que Luc rapporte sur Ephèse.
 

Mnason,

 de Chypre, un disciple des premiers temps. Paul et ses compagnons auraient logé chez lui lors de la montée vers Jérusalem. 21,16

 

 

Gaïus et Aristarque,

 compagnons de voyage de Paul. 19,29 (Gaïus et Aristarque, fils de Pyrrhus de Bérée, Aristarque et Secundus Thessalonique, Gaïus de Derbé, Timothée, ainsi que Tychique d'Éphèse et Trophime de la province

 

Eutyche

 20,9 Jeune homme qui s’endort pendant l’homélie de Paul. Tombe de la terrasse, est relevé.
Claudius Lysias. Tribun d’origine grecque oou orientale. Ayant acquis la qualité de citoyen romain, il est chargé du maintien de l’ordre à Jérusalem. Il intervient lors de l’émeute contre Paul. Son nom est mentionné en Ac 23, 26 et 24,22,

 

Félix

gouverneur et Drusille sa femme. A Césarée

 

Tertullus

avocat choisi par les Juifs contre Paul dans sa comparution à Césarée, après l’arrestation de Jérusalem.
 

Porcius Festus

 fut le successeur de Félix. A Césarée

 

Bérénice

 Fille ainée d’Hérode Agrippa. Veuve à 20 ans de son oncle, Hérode, roi de Chalcis, elle vécut avec son frère Agrippa II, épousa Ptolémon, roi de Cilicie, puis retourna auprès d’Agrippa. Elle eut une relation avec Titus, venu mener la guerre juive (66-70) au cours de laquelle Jérusalem fut assiégée et détruite. Titus, fils ainé de Vespasien avait alors 27 ans. Empereur en 79, il se montra favorable aux Juifs et par la suite aux chrétiens. Le général Titus était de 11 ans plus jeune que Bérénice.

A Rome on peut encore voir l’arc de triomphe de Titus qui commémore la prise de Jérusalem.

 

Publius,

le premier magistrat de l'île de Malte 28, 7-8. L’expression “premier magistrat” est la traduction du titre officiel que Luc donne “le Premier de l’île“, détail qui montre que Luc connaissait bien les us et coutumes des lieux.

 

Fermer