Fête de tous les saints

1er novembre 2010

Apocalypse 7, 2-14 ; 1 Jean 3, 1-3 ; Matthieu 5, -12

Heureux sont-ils car Dieu s'est rendu proche de chacun

 

La liturgie de cette fête préfère nous proposer la lecture des béatitudes selon Matthieu plutôt que celles de Luc, dont nous faisons lecture continue cette année. Matthieu a choisi d’introduire le premier discours de Jésus aux disciples par des affirmations : “heureux les pauvres de cœur, les doux…,”. Ce discours n’est pas une sucette pour appâter le client, car la Parole de Jésus est exigeante (cf. Mtt, ch.5 à 7). Si le texte des béatitudes commence par des généralités il continue par une application personnalisée : “heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute, si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous à cause de moi… Réjouissez-vous car votre récompense sera grande dans les cieux.

 

Il arrive aux disciples que nous sommes d’être épuisés, déçus, parfois contestés alors que nous portons la Parole reçue. Parfois l’épuisement provient de ne pas être suivi ni accompagné que ce soit pour développer la catéchèse à tous les âges de la vie, que ce soit pour servir les plus pauvres…, quand ce ne sont pas des invitations au silence venues d’en-haut qui viennent nous perturber. Reconnaissons à Benoit XVI d’avoir maintenu ferme le respect pour l’homme humilié, persécuté, qui a faim et soif de justice. Il le redit encore dans son message de Paix pour la 97ème journée du migrant et du réfugié le 16 janvier prochain (commentaire et texte intégral).

 

Heureux les miséricordieux, heureux les artisans de paix… Le discours de Jésus continue en rappelant les valeurs fondamentales sur lesquelles bâtir sa vie. Celui qui agit ainsi construit sa maison sur le roc, elle ne sera pas ébranlée (conclusion du discours). Remarquons que ce ne sont pas des conditions posées “Si tu fais ainsi,… si tu fais cela !”. C’est plutôt un constat, une certitude de foi : ils sont proches et aimés de Dieu ceux qui agissent ainsi. Ils sont proches du cœur de Dieu… L’amour de Dieu n’est pas au conditionnel, heureusement. Voilà pourquoi dès aujourd’hui, c’est notre fête aussi qui est célébrée, non à cause de nos mérites, mais uniquement parce que Dieu s‘est rendu proche de nous. L’évangéliste Luc plus encore que Matthieu insiste sur cette miséricorde de Dieu. A nous de vivre sereinement dans la confiance en un Dieu Père, Fils et Esprit, qui nous accompagne au long de notre vie, jusqu’au dernier jour. EH
 

Fermer