Dieu vient nous visiter !

Mieux : Tu viens habiter au milieu de nous.

 

Mais comment cela est-il possible ?

 
CJEA21 CJEA21   Ce fut la première réaction de Marie à l’annonce de l’ange venu la visiter. Comment Toi, l’inatteignable, le Roi des rois … comment peux-tu ainsi renoncer à ta toute-puissance ? Comment peux-tu te risquer à éprouver la finitude, Toi l’infini ?
Marie a souvent du se demander : « Pourquoi moi ? » Une question à laquelle Tu sembles répondre, avec un grand clin-Dieu : « Pourquoi pas ? ». Nos vies sont remplies de pourquoi et les réponses ne sont pas toujours évidentes. Mais Marie dépasse ce questionnement pour oser te dire OUI. Un oui qui la met en marche, qui la fait courir jusque chez Elisabeth tellement son cœur déborde de joie ! Saurons-nous aujourd’hui te dire oui ?
 
Le mystère de l’incarnation nous révèle que tu te fais proche de ton peuple, le rejoignant dans ses joies et ses peines, ses doutes et ses pleurs, ses questionnements et ses certitudes.
 
En Jésus, Tu prends le risque de la rencontre de l’autre. Pleinement… intimement. Dès sa naissance, son corps l’implique dans une proximité ombilicale, au creux du ventre de Marie. Tu t’en remets aux mains de Marie, douces et tendres avant d’être livré aux mains de Caïphe, d’Hérode et de Pilate.
 
Te faisant l’un d’entre nous, Tu prends le risque de la déception, de l’incompréhension, de l’incertitude, de la solitude…  Tu prends aussi, et surtout, le risque de nous aimer, à temps et à contretemps.
 
Le petit enfant de la crèche révèle que Tu es un Dieu fragile qui a besoin de nos cœurs, de nos mains et  de nos bouches, pour manifester au monde ton amour inconditionnel. Un Dieu qui nous apprend la confiance et l’humilité.
 
L’homme cloué sur le bois de la croix témoigne d’un Dieu qui accepte la condition humaine jusque dans ce qu’elle a de plus sombre : le rejet, la haine, la souffrance, la mort. Un Dieu qui rejoint les fragilités de notre humanité.
 
Le tombeau vide au matin de Pâques assure à celles et ceux qui en doutaient que Tu es bien le Tout-puissant, le Seigneur des univers, celui qui promet aux « finis » que nous sommes une vie infinie.
 
Voici Noël avec son lot de lumières et de publicités qui peuvent nous faire oublier, si l’on n’y prend garde, que Tu viens nous manifester ton amour, dans notre monde et dans nos vies d’aujourd’hui :
Tu viens naître au milieu de tous ceux qui subissent les affres de la violence et la guerre.
Tu viens naître aux côtés des souffrants et de ceux qui les soignent et les accompagnent.
Tu viens naître aux côtés des petits, ceux qu’on n’arrive pas à aimer ou qu’on aime mal, ce qu’on rejette parce qu’ils nous gênent, nous font de l’ombre, nous invitent à accorder notre agir à nos mots.
Tu viens  naître aux côtés de ces parents qui attendent un enfant et aux côtés de ceux qui en ont perdu.
Tu viens naître au cœur de nos collèges, nos lycées et nos facs, dans notre milieu professionnel et dans nos familles.
Tu viens naître pour moi, pour lui et pour elle, Tu viens naître pour nous, Tu viens naître en nous.
 
Joyeux Noël !
 
 

Pour aller plus loin :

A quoi, à qui tu dis « OUI », « ok je marche avec toi ! » « Je te suis. » ?
Comment, à ta façon, tu peux faire naître Jésus aujourd’hui, comment en es-tu le témoin ? (par quels gestes, quelles paroles, quelles actions ?)

 

 
 
Sébastien VEREECKEN
Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF