Quelle Bonne Nouvelle ?

Edito Eglise d'Arras n°3

La lumière de Bethléem brille à côté de l'enfant Jésus Noël à la cathédrale  
La lumière de Bethléem brille à côté de l'enfant Jésus
La lumière de Bethléem brille à côté de l'enfant Jésus

Janvier fait place à février. Nous avons pu envoyer de nombreuses paroles de vœux à nos proches, aux amis, aux collaborateurs… Plein de bonnes choses qui font mesurer la distance entre ce que nous désirons et la réalité. Comme nous serions heureux si nous pouvions voir se réaliser nos souhaits !

 Les textes d’Evangile lus aux messes des dimanches, ces temps-ci, parlent eux aussi de Bonne Nouvelle, de Bonheur. Matthieu présente les premières paroles de Jésus, avant même qu’il choisisse ses disciples : “croyez que le Royaume de Dieu s’est approché.” Marc avait fait de même aux premières lignes : “Bonne Nouvelle de Jésus…”. Cette annonce était accompagnée d’une invitation à la conversion : changez votre regard, retournez-vous. Ces paroles devraient résonner positivement au cœur des français, décrits par les médias comme champions de la sinistrose.

 

Nous avons pu entendre aussi : “Heureux les pauvres, heureux les doux, les affamés de justice, les cœurs purs, les artisans de paix…”. C’est l’introduction au sermon sur la montagne. Nous pourrons entendre bientôt la conclusion de ce même discours : “celui qui entend ces paroles et les met en pratique…”. Ainsi donc l’Evangile invite à joindre le geste à la parole. C’est ce que fait le Christ, selon Marc et Matthieu, puisqu’on amène à Jésus tous ceux qui souffrent de toute sorte de maladies.

 

Nous croyons que Dieu, en Jésus, est venu voir sur place les petites gens du Jourdain, qui doutaient et espéraient en même temps. Ils ont reçu dans leur corps et dans leur cœur la Bonne Nouvelle de Jésus. Son attitude envers les souffrants peut faire penser à ces jeunes qui se sont rendus proches des résidents d’une Mapad, en juin, en octobre, et encore en janvier dernier.

 

Fete de la Noel avec l'ACE Fete de la Noel avec l'ACE   L’attitude de Jésus qui se rend proche… peut aussi faire penser à ces responsables de clubs d’enfants : durant le temps des vacances ils se sont rendu proches des enfants du quartier… Ils n’ont pas fait d’annonce tonitruante sur l’amour de Dieu. Ils les ont accompagnés pour un temps de fête, espérant qu’une présence et une parole de jeunes chrétiens sur Jésus pourraient éclairer un peu leur chemin souvent chaotique.

 

 Je pense aussi à ces bénévoles qui rejoignent des Vietnamiens réfugiés, pour la fête du Têt, le 2 février. Fête du nouvel an et fête de la lumière sontDélit de Solidarité Refugies-Norrent-Fontes  
Délit de Solidarité
Délit de Solidarité
ainsi associées. Cela fait penser encore aux bénévoles pour qui le geste d’humanité passe avant toute considération de droit ou de législation. Le Christ guérissait bien le jour du sabbat ! Pour poser ces gestes d’amitié et de solidarité, des animateurs et des bénévoles en sont réduits à utiliser des “bouts de ficelle”. Ils n’en sont que plus méritants, d’autant plus qu’ils n’ont guère l’oreille des autorités, qu’elles soient nationale ou mondiale. Davos, FMI ou Cac 40, G8 ou G20, sont-ils réellement au chevet des derniers de notre monde ?

 

En faisant place aux mouvements de l’Apostolat des laïcs, le dossier donne la parole à celles et ceux qui, dans le quotidien de leur existence, essaient de joindre paroles et actes, mais aussi actes de proximité et réflexion sur les causes, en vue de leur transformation. A eux de dire comment ils participent à l’émergence de “communautés de frères qui sont une catéchèse vivante”, par leurs paroles et, plus encore, par leurs actes. Mais, comme pour les vœux, la distance est grande entre leur projet et les réalisations possibles.
Abbé Emile Hennart.
 

Fermer