Etienne l’incompris

Comprendre le récit de saint Luc

Actes des Apôtres 6,8 à 8,1

 

Plusieurs maisons d’Evangile reconnaissent être désarçonnées par la lecture des Actes des apôtres. Le discours d’Etienne et l’abondance des citations vétérotestamentaires leur apparaît difficile à comprendre. Parcourons à nouveau Actes, ch. 6, 8 à 8,1. Ne nous égarons pas à vouloir tout comprendre en une première leture, alors qu’il faut d’abord repérer le fil conducteur du récit.

 

 Etienne face aux détracteurs: au nom des Ecritures Etienne face aux détracteurs: au nom des Ecritures  

Annoncer la Parole


Dans son souci de montrer comment l’annonce de Parole de Dieu se développe, de Jérusalem jusqu’aux extrémités de la terre, d’après Actes 1,8, Luc signale au ch.6 un obstacle à cette annonce : comment les apôtres pourraient-ils être fidèle à leur mission d’annonce s’il leur faut aussi gérer toutes les questions de redistribution des biens ? La communauté est appelée à résoudre la difficulté et désigne sept personnes pour le service des tables. Les premiers nommés sont Etienne et Philippe. Nous ne saurons d’eux rien d’autre sinon leur service de la Parole.

 

Etienne accusé


 Voici Etienne pris à parti par un groupe de juifs observants. L’acte d’accusation est clair : Etienne blasphème et tient des propos indignes à l’égard du Temple : “L’homme que voici tient sans arrêt des propos hostiles au Lieu saint et à la Loi !” De semblables accusations avaient été portées contre Jésus, lors de son procès. Dans une magnifique mise en scène digne d’une plaidoirie d’avocat, Luc nous montre Etienne démontant point par point l’acte d’accusation. Mieux encore, d’accusé, Etienne devient l’accusateur de ses contradicteurs.

 

Abraham, Moïse, David appelés par la défense


Accusé de paroles indignes contre le Temple, Etienne met au défi le sanhédrin, en reprenant l’Ecriture. D’abord Abraham : il n’a même pas eu un bout de propriété à lui. Comment aurait-il pu édifier un lieu sacré pour le Dieu de la promesse ? Ensuite en Egypte, le seul signe fut la circoncision. Ce fut le signe que respectèrent Abraham et ses descendants, rien d’autre.

 

Quand vint le temps d’appeler Moïse, qu’en est-il du lieu sacré pour celui dont le nom est Yahvé ? “Ce lieu où tu te tiens est une terre sainte” !. (Remarque : à tous ceux qui veulent enfermer Dieu dans un espace confiné, dans un tabernacle, Dieu dévoile que le premier espace sacré est le lieu où chacun se tient, à nous d’en tirer toutes les conséquences). Durant le temps de l'Exode, Dieu n’aura d’autre demeure au désert qu’un tabernacle de toile. C’est alors que les Hébreux fabriquèrent de leurs mains des représentations dignes de leur dieu, artifices faits de mains d’homme à partir de l’or et de l’argent. Cela permet de comprendre l’interrogation accusatrice : “m’avez-vous offert victimes et sacrifices au désert ?”  Réponse sous entendue : non, puisqu’il n’y avait ni temple ni autel des sacrifices”, et pourtant Dieu les accompagnait. (On notera que l’expression “fait de mains d’homme” est la définition d’une idole, expression qui sera donnée pour le Temple quelques lignes plus loin)

 

Dieu n’habite pas une maison fait de mains d’homme


La plaidoirie se continue avec le temps de David : Y avait-il un temple à l'époque de David ? Non, mais ce fut Salomon qui bâtit une maison. "Pourtant, continue Etienne le Très-Haut n’habite pas des maisons construites par la main des hommes !, citation à l’appui : “le Ciel est mon trône et la terre un escabeau sous mes pieds”. Dire alors que Dieu habite dans un espace réservé, le saint des saints, celui qu’avait restauré Hérode au temps de Jésus est, pour Etienne, une parole d'une incongruité extrême : Dieu n’est pas enfermé dans quelques mètres carrés : “Quelle maison allez-vous me construire ?” .

Il n'est pas inutile de relire la fin de l'Apocalypse, ch. 21, 22-23 car dans la  nouvelle Jérusalem, il n'y a plus de Temple, car toute la ville est maison de Dieu.

 

Etienne devient l’accusateur
 

Lapidation d'Etienne gravure de Gustave Doré. Lapidation d'Etienne, G.Doré  
Lapidation d'Etienne gravure de Gustave Doré.
Lapidation d'Etienne gravure de Gustave Doré.
Devant une telle argumentation d’Etienne, le Sanhédrin ne sait comment réagir et reste coi. Etienne devient alors l’accusateur de ces prétendus défenseurs de Dieu et de la Loi : vous résistez sans cesse à l’Esprit-Saint ! Combien de prophètes n’avez-vous pas molesté jusqu’à exécuter le Juste des justes ? Les dernières paroles d'Etienne sont pour rappeler que ce Jésus, mis plus bas qu'à terre par les Juifs, c'est lui, le bras droit de Dieu.

On comprend la hargne qui s’est emparé du commando qui avait arrêté Etienne. S’ensuit la lapidation d’Etienne. Cela se fait devant Saul qui, plus tard, deviendra le plus ardent prédicateur de la Parole auprès des nations. Dans la confusion qui s’ensuit les chrétiens se dispersent en Judée et en Samarie ; ils vont même jusqu’en Syrie et à Antioche (Ac.11, 19-26). Telles sont quelques-unes des étapes dans la progression de la Parole que Luc a voulu déployer dans son livre.


Abbé Emile Hennart


** Note.Jamais le mot temple ne sera prononcé mais, par trois fois dans ce récit le mot "lieu" est à comprendre au sens de Temple. “En quel lieu devons-nous adorer?", demandait la Samaritaine à Jésus. Réponse en Saint Jean, ch 4, 21-24
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 3792 visites