Heureux... ?

Homélie de l'abbé Gabriel Berthe

Le 26 janvier dernier, en l’Eglise de Beaurains, certains chrétiens de la paroisse se sont rassemblés pour se recueillir et prier en souvenir de l’abbé Alain Attiale… Alain originaire de Côte d’Ivoire prés d’Abidjan était venu faire ses études de doctorat en droit canonique à Rome.


Durant plusieurs années, il a été reçu dans des familles de chez nous et il a laissé le souvenir d’un prêtre bon, cultivé, donné au Seigneur… Il a célébré l’Eucharistie dans cette paroisse. Ses études terminées, en juillet 2010 il est envoyé à la Nonciature de Dar es Salaam en Tanzanie….
et 6 mois plus tard alors qu’il se promène en bord de mer avec un ami prêtre venu le visiter, tous deux sont assassinés. Pourquoi ? Comment ? par qui… ?
Ne croyons pas qu’une enquête sera menée et les coupables punis. Dans ces pays, des hommes sont morts et on tourne la page. Alain et son ami ne sont pas les seules victimes d’une persécution des chrétiens à ciel ouvert…L’assassinat des Moines de Tiberine nous a ouvert les yeux surtout avec le film diffusé récemment « Des hommes et des Dieux »


Depuis nous avons connaissance des assassinats de chrétiens en Irak et dans tout le Moyen Orient, en Egypte avec nos frères coptes, en Inde du Nord… combien de chrétiens sont victimes d’extrémistes Hindous ou Musulmans ! !

L’Evangile nous dit « Heureux les persécutés pour la justice. Heureux si l’on vous insulte, si l’on vous persécute, si l’on dit toute sorte de mal contre vous à cause de mon Nom... Réjouissez vous ! ! »


Faut-il donc se réjouir quand certains de nos frères chrétiens souffrent et meurent en raison de leur foi en Jésus Christ ? Ne faut-il pas réagir, protester, se mobiliser… et certains groupes de la droite dite chrétienne seraient prêts à réclamer une croisade anti Musulmane, anti Hindouiste, anti Juifs.- Faut-il donc résister à la violence par la violence : violence des mots, des déclarations, ou même en venir à la violence armée ?


La tentation est grande d’agir ainsi surtout quand on est touché de prés dans ses affections et dans ses biens. Et pourtant nous le savons bien… « La violence engendre la violence ». Le message de l’Evangile est clair :
« Heureux ceux qui ont un cœur de pauvre, heureux les doux, heureux ceux qui pardonnent,
Heureux ceux qui cherchent la justice, heureux ceux qui font la paix ».


Nous avons à employer les armes de la justice, du dialogue !

En 1986 à Assise, le Pape Jean Paul II avait proposé une journée de prière rassemblant des croyants de toutes confessions. Il avait bien senti, il y a 15 années déjà, que la montée de courants intégristes, extrémistes était un danger pour la paix, or dans toutes les familles de croyants, il y a des femmes et des hommes de paix, oui il existe des Musulmans modérés, des Hindouistes modérés, comme il existe des chrétiens qui sont des hommes de dialogue et de paix…

 

- L’Esprit mauvais voudrait nous inciter à des positions de force … croire que notre religion peut dominer les autres… ce n’est pas ce que dit la Parole de Dieu : « Regardez bien… qui vous êtes » dit l’apôtre Paul aux Corinthiens, « Il n’y a pas parmi vous de gens puissants ou de haute naissance »


Et le prophète Sophonie écrit : « Cherchez le Seigneur vous les humbles du pays, cherchez la justice, cherchez l’humilité. Oui je ne laisserai subsister au milieu de toi qu’un peuple petit et pauvre qui aura pour refuge le nom du Seigneur »
Comme il nous est difficile d’accueillir de telles paroles !! ! comme nous aimerions une Eglise forte et influente : or il nous faut accepter d’être simplement le sel dans la purée, la lumière dans la maison… en proposant ce que nous sommes, sans l’imposer, fidèle à notre Dieu, silencieux et discret, plein d’amour pour tous les hommes.
Abbé Gabriel Berthe
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 988 visites

Fermer