Edito 5-2011: Année de la famille.

Ce qui se joue au cœur des solidarités familiales constituera l’essentiel de l’intervention d’Agnès Auschitzka lors du colloque des familles à Lille, à la suite de l’appel de la Conférence des évêques de France instituant 2011 “année de la famille”.

 

De nombreuses questions soulevées dans la société provoquent émois et débats au sein des familles et de l’institution Eglise. Il suffit de se remettre en mémoire les nombreuses contributions à l’occasion de la révision des lois de bioéthique : en début de vie comme une fin de vie, comment agir ? Comment éclairer les consciences dans leurs choix ? Sous le nom générique de “problématique du genre” bien d’autres questions sont soulevées qui viennent interroger la compréhension catholique et sociétale de la famille et du mariage. Des “fait divers” d’homophobie viennent interroger les consciences sur l’éducation à la différence, différence acceptée ou refusée, pour le genre comme pour la race : au nom de quels fondements ? La famille se trouve ainsi affrontée à des questions pratiques, philosophiques, éducatives en vue d’éveiller aux choix d’un art du vivre ensemble. Ces questions dépassent de beaucoup la cellule familiale.

 

En utilisant le mot solidarités : “Familles, un art de vivre les solidarités” l’institution catholique se fait provocatrice, si l’on accepte la définition de la solidarité telle qu’elle a été véhiculée au cours des siècles : “solidarité active, pas seulement solidarité passive, volonté de vivre des relations de soutien dans la recherche du respect et de la dignité de l’autre”. En ce sens, nul doute que la famille soit un haut lieu de l’expérience de la relation à l’autre, différent, dans un esprit d’estime et, pour les chrétiens, dans l’esprit de l’Evangile.

 

La société actuelle fait reposer sur la famille le poids des conséquences économiques de décisions irresponsables où seule la rentabilité pour quelques-uns est devenue un mot d’ordre international. Qu’elles aient des revenus ou non, que leurs enfants aient du travail ou non, que mari et femme soient sans emploi : “qu’elles se débrouillent” semble être le slogan dominant. Aussi voit-on se multiplier des pôles d’assistanat au moment où les institutions se refusent à une solidarité engagée pour une meilleure redistribution du bien commun. Il en est de même pour l’éducation à la civilité, ou dans l’enseignement des valeurs sociales et politiques. La disparition de nombreux postes d’enseignement, en particulier là où le handicap physique, financier ou social est plus grand entraîne inévitablement un report de charge sur la cellule familiale, monoparentale ou non. La famille serait-elle redevenue “la bonne à tout faire” dans la construction d’une société plus juste, plus fraternelle, plus solidaire ?

 

Quel poids peut donc avoir l’autorité parentale devant un enfant hypersollicité par les tentations publicitaires ? “C’est la faute aux parents” entend-on dire, histoire de se défausser sur les familles des erreurs d’un consumérisme agressif. La famille n’est pas la seule responsable ni pour l’économique, ni pour le politique, ni pour le vivre ensemble. La société française du XXIème siècle est aussi devenue une société pluriculturelle. La famille à elle seule ne peut développer le respect des autres races, des autres religions. La construction de la société se fait avec les familles mais aussi avec toutes les forces spirituelles et religieuses, philosophiques et éducatives, avec les universités et les partis. A défaut d’empathie ou d’estime, on peut souhaiter qu’elles aient du respect envers l’autre différent.


Puisqu’il faut conclure ce trop rapide survol,

reconnaissons que la famille, ce n’est pas seulement une affaire privée.
Abbé Emile Hennart


Le dossier familles 2011

Fermer