Ecouter mes paroles et bâtir sur le roc

8ème dimanche ordinaire

Deutéronome 11, 18.26-28 ; Romains 3, 21-28 ; Matthieu 7, 21-27.

 

L’Evangile de ce dimanche est la conclusion du long discours appelé “sermon sur la montagne”. Ces quelques liges de Matthieu prennent tout leur sens si l’on a en tête ce que Jésus a dit au long des trois chapitres 5, 6 et 7. Le Christ conclut ainsi : “Si vous écoutez et mettez en pratique ce que je viens de vous dire, vous ressemblez à un homme qui a bâti sa maison sur le roc”.

 

Combien de fois y a-t-il un contresens quand on utilise ces quelques lignes pour un mariage, sans prendre en compte tout ce qui précède chez Matthieu. Et nous-mêmes, ne risquons-nous pas de faire de ces quelques lignes une belle exhortation morale sur la maison construite sur le roc ou sur le sable, oubliant la proposition de vie que Jésus vient de faire ?

 

Cet évangile n’est pas simplement une belle image pieuse, c’est avant tout une exhortation à mettre en œuvre une dynamique de vie qui pousse chacun à devenir amour du prochain et même des ennemis, à faire l’aumône ou la prière non pour se faire bien voir, mais dans le secret, uniquement dans le face à face avec Dieu. C’est enfin savoir dire dans la confiance la prière de Jésus avec ses mots à lui : “Notre Père, que ton nom soit béni sur toute la terre, que ta volonté soit mise en œuvre partout…”

 

Quant à l’expression “ce ne sont pas ceux qui disent Seigneur, Seigneur qui entreront…”, nous découvrons là un appel à rééquilibrer le rapport entre la prière et la pratique. Plus tard, cette parole sera reprise par Jésus en réponse à ses frères, sœurs et mère qui veulent le voir : “Qui sont ma mère et mes frères et ma mère ? Ceux qui entendent la Parole de Dieu et la mettent en pratique”.

 


 

Fermer