Vivre de la Parole de Dieu

Premier dimanche de carême

Genèse extraits des Ch.2 et 3 ; Romains 5, 12-19 ; Matthieu 4, 1-11


Beaucoup de chrétiens se sont assemblés mercredi, jours des Cendres pour signifier leur désir de conversion, désir de se tourner vers Dieu. Toutes les générations de croyants, depuis l’époque des prophètes se sont tournés vers Dieu et entendu l’invitation à la conversion : conversion des cœurs, conversion des mœurs.


Ce n’est pas un hasard si les lectures proposées chaque jour de la semaine sont des appels et plus encore des invectives des prophètes envers ceux qui posent des gestes visibles de retour vers Dieu. En effet le désir de Dieu est grand, surtout aux moments difficiles de l’existence chrétienne et le “retour vers Dieu” est sincère. Or les prophètes avaient mission d’éduquer le sens d’une conversion selon le cœur de Dieu : Joël (Mercredi des cendres) : “Déchirez vos cœurs et pas vos vêtements”. “Je te laisse choisir ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur” affirme le Deutéronome 30, le jeudi, précisant aime Dieu et respecte ses commandements (voir le reste du livre, en particulier le souci du pauvre, de l’étranger, de l’orphelin).


Isaïe, vendredi après les cendres : “Le jeûne qui me plait, n’est-ce pas faire tomber les injustices, partager le pain avec celui qui n’en a pas, recueillir le malheureux sans abri… ?” Samedi après les Cendres, on a pu entendre une autre parole forte : “Si tu fais disparaître du pays le joug, si tu donnes de bon cœur à celui qui a faim…” Cette succession de textes sur le rapport au prochain, au nom de l’amour de Dieu se poursuivra Lundi (Lévitique 19).

 

La foi chrétienne ne consiste pas seulement en une obéissance aux commandements mas une réelle conversion du cœur qui consiste accorder ses paroles et ses gestes avec le cœur de Dieu… et pas seulement pour plaire à Dieu, mais parce que celui qui nous nommons Dieu est notre Père et que nous désirons vivre l’esprit de famille. Saint Paul rappellera que nous n’avons pas un esprit d’esclave (d’exécutant soumis), mais un esprit de Fils. De nombreux textes de l’Ecriture invitent le croyant à adopter la même attitude envers les petits que Dieu à l’égard de ceux qui subissaient humiliation et injustice au pays d’Egypte… Et même Paul, aux Romains, rappelle le don gratuit de Dieu à notre égard. Nous n’avons rien mérité ; mais en Jésus-Christ il accorde à tout homme la justification… devenir justes aux yeux de Dieu, ajuster notre existence quotidienne au cœur de Dieu

 

Dans l’évangile de ce premier dimanche, le Christ utilise trois textes du Deutéronome en réponse aux avances faites par le tentateur. Cela signifie qu’il savait se nourrir des Ecritures pour affiner son discernement devant les tentations qui peuvent survenir. A l’école des prophètes, le Christ ne séparera pas l’amour de Dieu de l’amour du prochain. De même aujourd’hui, que ceux qui se tournent vers Dieu à l’occasion du carême ne se détournent pas du prochain. Alors, se lèvera la Lumière du Seigneur sur l’obscurité de nos vies…
Abbé Emile Hennart
 

Fermer