Se former au service de l’Eglise

Eglise d'Arras N°10

Parabole des talents Parabole des talents   Les paraboles sont faites pour donner à penser. Ainsi en va-t-il de la parabole des talents, celle qui parle d’un homme important sur le départ pour un long voyage. Avant de partir, il donne (et non “il confie”) à ses intendants des sommes d’or conséquentes, correspondant à 340 kilos d’or pour le premier, 170 pour le second et 34 pour le troisième. A chacun d’en disposer à bon escient. On connait ce que firent les deux premiers : ils mettent en valeur leur trésor, tandis que le troisième se contente de le garder bien à l’abri, pour le rendre intact au dernier jour. Il n’a même pas thésaurisé, il a seulement gardé intact le dépôt qui lui est confié… Que fait le maître à son retour : il constate que les deux premiers ont su valoriser ce qui était devenu leur bien. Quant au troisième, qui a conservé intact le don de son maître, il lui est reproché de n’avoir rien fait de ce qu’il avait reçu.

 
Si l’on transpose le trésor des pièces d’or par “le dépôt de la foi” que nous recevons lors de notre baptême et dans la continuité de notre vie ecclésiale, il n’est pas difficile de comprendre qu’il ne suffit pas de garder intact le dépôt, sans y toucher ; il nous faut savoir le faire fructifier. De même qu’il existe des règles pour faire fructifier l’argent reçu, de même il existe des règles pour faire fructifier le dépôt de la foi afin que d’autres en bénéficient. Les propositions de formations par le service diocésain sont des lieux par excellence pour apprendre à faire fructifier la foi reçue…
 
Quand le “Projet diocésain de catéchèse” nous sollicite pour devenir acteurs de catéchèse pour tous, à tous les âges de la vie, nous comprenons la nécessité d’assurer la validité de notre témoignage et de nos paroles. Vous trouverez dans ce dossier d’Eglise d’Arras quelques-unes des possibilités offertes. Les doyennés, chacun à sa manière, provoquent à développer dans la durée les fruits du 101010. La balle est dans notre camp. Savons-nous la faire rebondir ?
 
La transformation qui s’opère grâce à la formation continue (permanente) en Eglise, c’est en quelque sorte continuer ce que firent, aux premiers temps de l’Eglise, les chrétiens “fidèles à l’enseignement des apôtres”. A partir de la Pentecôte, se développe la Parole reçue par les apôtres quand ils étaient avec Jésus sur les routes de Palestine. Au souffle de l’Esprit et grâce au témoignage des apôtres et de leurs disciples, elle devient pour les habitants de la terre, à chacun selon sa culture et sa langue, révélation de la Bonne Nouvelle de la proximité de Dieu à chacun. Témoigner, annoncer, ce n’est pas faire n’importe quoi, ni trahir le trésor originel, c’est en faire nourriture accessible pour que d’autres accèdent à Christ et deviennent à leur tour Corps du Christ.
 
Durant le mois qui vient nombreuses seront les célébrations : de première eucharistie, de profession de foi, de confirmation, puis les bilans d’années. Puisse chacun apporter au Seigneur, comme les deux premiers serviteurs, non seulement le dépôt qu’il a reçu mais aussi tout ce qu’il a pu produire.
 
Abbé Emile Hennart
Fermer