Conférence de l'été
" Le Cardinal Newman, le penseur invisible de Vatican II "


 

 

Pascale Vincette nous a fait découvrir ce soir l’itinéraire de John Henry Newman et l’actualité de son message pour nous aujourd’hui.
Membre de l’Institut de vie consacrée « Missionnaires Identès » fondé en Espagne en 1959 par Fernando Rielo, Sœur Pascale vient de publier sa thèse sur la philosophie de Newman soutenue en 2002 à la Sorbonne. Elle est secrétaire de l’Association française des Amis de Newman.


John Henry Newman naquit à Londres, le 21 février 1801, dans une famille de tradition anglicane. Profondément marqué par une expérience spirituelle vécue à l’âge de 15 ans, il passe presque trente ans de sa vie à l’Université d’Oxford comme étudiant puis comme enseignant et chercheur, mais aussi comme pasteur, devenant le prédicateur le plus écouté et le plus influent de tout le pays : ses Sermons paroissiaux, publiés en huit volumes, restent un des sommets de la prédication chrétienne des deux derniers siècles.
Passionné par la découverte des Pères de l’Église, il s’interroge sur les fondements de l’Église. Il devient le chef de file d’un mouvement de renouveau théologique, liturgique et spirituel de l’anglicanisme, connu sous le nom de «Mouvement d’Oxford».
Sa conviction grandissante que l’Église catholique romaine est le véritable successeur de l’« Église des Pères » le conduit, au prix d’énormes sacrifices personnels mais sans rupture sur le plan intellectuel, à quitter l’Église anglicane en 1845 pour rallier l’Église catholique.
Mis au ban de la société anglicane et protestante de son pays, il écrit en 1864, pour répondre à une attaque contre son intégrité personnelle, son Apologia pro vita sua. L’ouvrage, qui est considéré comme l’une des grandes biographies intellectuelles de tous les temps, connaît un succès spectaculaire qui réhabilite largement son auteur dans l’opinion publique anglaise.

Il cherche à servir loyalement, grâce à ses immenses dons intellectuels et spirituels, sa nouvelle Église. Celle-ci ne sait guère que faire, cependant, d’un homme aussi brillant, possédant une pensée aussi originale, et ce n’est qu’en 1879 qu’il obtient la reconnaissance qu’il mérite lorsque le nouveau pape, Léon XIII, le nomme cardinal.

C’est surtout au XXème siècle que sa pensée marquera profondément l’Église, au point que Jean Guitton l’appellera « le penseur invisible de Vatican II ».
Théologien, historien, philosophe, prédicateur, romancier, poète, accompagnateur et guide spirituel, Newman est l’auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages et d’une vaste correspondance d’un grand intérêt.
Il a été déclaré « vénérable » en 1991 par Jean-Paul II et béatifié à Birmingham par Benoît XVI le 19 septembre 2010. Il est fêté le 9 octobre.