Haine et Colère. Quel anniversaire?

Foi et raison : faire la vérité dans la charité

JMJ 2011 JMJ LA FOULE.JPG  
JMJ 2011
JMJ 2011
Notre vie spirituelle, notre relation avec le Seigneur se nourrit de la Bible et des évènements du monde. Il n’est jamais inutile de rappeler que “ Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n'est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur. … La communauté des chrétiens se reconnaît donc réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire” Gaudium et Spes n°1.

 
Notre mémoire a été fort sollicitée ces derniers temps par l’anniversaire du 11 septembre. L’acte terroriste est inqualifiable, mais l’appel à la haine, à la rancune, et même à la croisade qui a suivi, est aussi inqualifiable. On ne peut soupçonner la liturgie du 11 septembre de choisir ses textes en fonction des évènements. Tout au plus reconnaitra-t-on une certaine coïncidence entre les textes de la messe de ce dimanche et le triste anniversaire commémoré ce même jour. Votre éditorialiste peut être taxé de lecture partiale quand il rapproche les paroles de Ben Sirac avec les évènements commémorés, qu’importe ! Ben Sirac le Sage écrivait que “Rancune et colère, voilà choses abominables”.
 
Or nous savons que la rancune, la haine et la colère ont guidé les plus éminents politiciens de l’époque, jusqu’à appeler à la croisade. Les mots ont-ils dépassé la pensée… peut-être ? Nous avons peut-être encore en mémoire les dernières démarches diplomatique de Jean-Paul II auprès de la Maison Blanche, pour éviter la guerre ; ou la messe solennelle à Lorette, en mars 2003, présidée par les évêques de la région… En juin 2009, le pape Benoit XVI rappelait que l’exigence de justice et de charité devait guider les institutions et la culture pour une vie sociale au service du bien commun (Caritas in Veritate). La relecture dans la foi des évènements de brûlante actualité doit pouvoir associer la raison et la foi dans une juste analyse des faits qui nous dépassent mais qui conditionnent notre environnement.
 
Le dossier de ce numéro 15 porte sur la rentrée des animateurs en catéchèse. Le père Yvan Pagniez a longuement insisté pour que, dans le dialogue de la catéchèse avec la liturgie, on n’abandonne pas dans le bas-côté de l’Eglise la diaconie, car ce sont trois charges indissociables de l’être et de l’agir chrétien. Ce même numéro rappelle qu’il y a bientôt un an le dix octobre qu’était promulgué le Projet diocésain de catéchèse. De nouveaux modules sont proposés pour l’animation catéchétique aux divers âges des croyants. La mise en valeur de la Parole dans la vie chrétienne continue : Dimanche Parole en fête, graine de Parole, maisons d’Evangile etc. mais à quoi servirait la Parole si elle ne devenait pas lumière pour éclairer notre chemin quotidien.
 
Il revient à chacun, pas seulement aux catéchistes, de porter cette Parole des Ecritures. Benoit XVI le rappelait encore lors des JMJ : Ne gardez pas le Christ pour vous-mêmes, transmettez aux autres la joie de votre foi”. La manière de faire sera sans doute différente, selon les lieux de vie, mais porter témoignage par les actes fait partie des nécessités dans l’annonce, plus encore, elle favorise la crédibilité des témoins quand ils associent le geste à la Parole. Mgr Defois, président de Pax Christi-Europe portera aux dimensions du monde son regard sur les questions d’éthique, personnelle et dans les structures sociales. En rappelant l’importance des encycliques sociales des papes, il rappelle combien sont inséparables vie en société et vie dans l’Esprit.
 
Plusieurs articles évoquent les activités des jeunes, ACE, JOC, organistes, où grandir humainement et grandir dans la foi vont de pair. Souhaitons-leur de persévérer afin que grandisse le Corps du Christ.
Abbé Emile Hennart
Fermer