Réjouissez-vous

3ème dimanche de l’Avent.

Isaïe 61, 1-11 ; 1 Thessaloniciens 5, 16-24 ; Jean 1, 6-8 et 19-28

 

"Réjouissez-vous" était le chant d’introduction à la liturgie de ce troisième dimanche de l’Avent. Réjouissez-vous définit une attitude spirituelle de l’homme devant Dieu. Que ce soit Isaïe “Je tressaille de joie”, que ce soit Paul : “soyez toujours dans la joie”, c’est une attitude qui parcourt les textes. Que dire de Jean-Baptiste, le témoin de la lumière qui vient ? On imagine mal qu’il soit empli de tristesse ou de crainte quand il annonce que se tient au milieu de ses interrogateurs celui qu’ont annoncé les prophètes.

 

Ainsi les trois lectures de ce jour, mais bien d’autres encore invite à vivre la liturgie comme le lieu de la réception de l’action de Dieu, d’où l’action de grâce appelée aussi eucharistie qui continue le temps des lectures avant qu’on ne reçoive en plénitude le corps et le sang du Seigneur.

 

L’action de Dieu n’est rien d’autre que sa présence au milieu de nous. Quand l’évangéliste Jean commencera sa première lettre aux chrétiens il écrira :“ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie ; - car la Vie s'est manifestée : nous l'avons vue, nous en rendons témoignage et nous vous annonçons cette Vie éternelle, qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue - ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Quant à notre communion, elle est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. Ce début de lettre ne peut être écrit que dans la joie de signifier la communion avec Dieu acquise en Jésus.

 

Dire que nous n’aurions rien à faire serait exagéré. Puisque nous avons reçu la visite du Seigneur (Dieu a visité son peuple” chantent les clercs à l’office du matin), alors, nous sommes appelés à vivre de sa lumière et de son amour. Comme le demande Jean-Baptiste : “Aplanissez le chemin du Seigneur…”, et il y a beaucoup à faire pour que le chemin des hommes devienne droit, juste aux yeux de Dieu.

 

Le temps de l’Avent, temps de l’attente est aussi le temps de la mise en route…, pour que vienne celui qui nous donnera son Esprit. Chacun alors sera consacré par le même Esprit qui nous envoie porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le cœur brisé, annoncer aux prisonniers la délivrance, et aux captifs la liberté, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur… Que vienne le jour-là et que nous soyons de ceux-là. E.H.
 

Fermer