Porter la Bonne Nouvelle du Christ

Edito Eglise d'Arras N°1

Daté du 6 janvier, fête de l’Epiphanie, ce premier numéro de l’année voudrait d’abord porter les vœux pour que le Nom du Seigneur soit mieux connu et aimé : “Que ton nom soit sanctifié !”, vœux aussi pour “que le Seigneur fasse briller sur nous son visage.”

 
Avec le titre “En famille avec Dieu”, le dossier rappelle combien la première annonce est d’abord le fait d’un dialogue entre parents, enfants et jeunes. Les évêques de France ont insisté sur la place de la famille dans le service de l’annonce. Durant le temps de Noël, beaucoup ont pu vivre l’expérience d’une parole de croyant transmise dans le dialogue devant la crèche, Parole qui annonce la venue de l’Emmanuel, l’amour de Dieu au milieu de nous. Fallait-il faire de la propagande pour le père Noël, fallait-il faire de la publicité pour telle ou telle pièce de théâtre ? Que non ! Mais dire tout simplement ce que je crois, balbutier quelques mots justes sur Jésus pour que la Lumière de Noël jaillisse un peu plus au cœur des plus jeunes. Beaucoup avaient prévu de participer à la messe de Noël et les équipes de liturgie et de catéchèse ont fait œuvre commune pour animer cette célébration.
 
Quelles paroles avons-nous dites ? Le monde a besoin de témoins, témoins d’amour, témoins d’espérance, témoins de foi. En parcourant les Evangiles, nous découvrirons combien Jésus créé le dialogue dans ses rencontres. Matthieu insiste davantage sur le dialogue avec le centurion que sur la guérison qui s’ensuit, de même pour le dialogue avec la femme au flux de sang. De même encore lors de l’appel de Matthieu… Les circonstances sont différentes mais l’annonce est la même : “C’est la miséricorde que je veux, non les sacrifices ; je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs”. Mt 9,13. N’y a-t-il pas là un appel pour que nous relisions nos propres dialogues : comment faisons-nous entendre la Bonne Nouvelle, de quelle manière en témoignons-nous ? De quel Dieu, de quel visage de Dieu sommes-nous porteurs ?
 
Les vœux du service de communication, c’est de porter à la connaissance de chacun la manière dont les chrétiens essaient de témoigner en paroles et en actes de la proximité de Dieu avec nous. Benoit XVI l’a encore rappelé le 1er janvier : “La paix est un don de Dieu... la paix n’est pas seulement un don à recevoir, mais bien également une œuvre à construire...” Le pape rappelle encore la nécessaire cohérence entre annonce et vie chrétienne, à l’occasion de la Journée du migrant et du réfugié, du 15 janvier : “ il existe la possibilité de réveiller la conscience chrétienne assoupie, à travers une annonce renouvelée de la Bonne Nouvelle et une vie chrétienne plus cohérente, de façon à faire redécouvrir la beauté de la rencontre avec le Christ”.
 
Que peut-on souhaiter de mieux que la cohérence entre ce que les chrétiens affirment et ce qu’ils font ? La rédaction d’Eglise d’Arras souhaite à chacun de vivre dans cet esprit la nouvelle année : qu’elle soit bonne et heureuse pour vous et pour ceux qui vous entourent.
 
Abbé Emile Hennart
Fermer