Lumière de Pâque

EA 07

benediction par l'évêque Feu nouveau  
benediction par l'évêque
benediction par l'évêque
Se souvient-on des célébrations de la vigile pascale d’antan (1952) ? Dès 9h le samedi matin, la messe était dite et l’eau bénite dans les brocs et bouteilles pour l’emporter chez soi. On veillait aussi religieusement à faire ses Pâques… Aujourd’hui la vigile pascale s’étale au cours de la nuit en différentes étapes : le feu nouveau et la procession au Christ ressuscité, l’ensemble des lectures qui rappelle les étapes de l’histoire du salut ; le renouvellement des promesses du baptême et, en de nombreuses paroisses, le baptême des catéchumènes. La suite de cette vigile, c’est l’action de grâce à Dieu qui nous a choisis pour amis, qui a fait de nous des fils de lumière. “Heureuse faute qui nous valut un tel rédempteur !” rappelle que nous faisons partie de la même humanité, à la fois marquée par le péché et réconciliée par l’amour de Dieu.
 
Cette veille dans la nuit est aussi symbolique de notre veille dans la nuit de notre humanité ; nous en connaissons les fragilités et nous sommes appelés à porter la petite lumière de notre foi, de notre espérance et de notre amour ranimée au feu du Christ. Le baptême que nous avons reçu appelle chacun et chacune à porter chaque jour Celui qui est venu chez nous. L’esprit Saint nous est donné pour continuer l’œuvre du Christ : “C’est lui l’Esprit, source jaillissante de vie par qui le Père donne la vie aux hommes que le péché avait fait mourir, en attendant de ressusciter dans le Christ leur corps mortel. L'Esprit habite dans l'Eglise et dans le cœur des fidèles comme dans un temple ; en eux il prie et atteste leur condition de fils de Dieu par adoption.”(Lumen Gentium n°4)
 
L’expression “dans l’Eglise et dans le cœur des fidèles” vient ici rappeler notre place et notre responsabilité, personnelle et ecclésiale, de témoins de l’amour de Dieu pour toute l’humanité. Le dossier “Parole de Dieu et diaconie”, que vous pourrez lire ci-après, rappelle combien Dieu fait confiance à chacun de nous pour mettre en œuvre le service du frère. A quoi sert-il de se dire baptisé en Christ si, ensuite, rien dans notre vie ne vient transformer le quotidien de nos existences. Nombreux sommes-nous à nous reconnaître aimés de Dieu, nombreux aussi, désireux de faire partager cette Bonne Nouvelle à tous : “le Règne des cieux s’est approché de vous” est-il écrit à de nombreuses reprises en saint Matthieu… Souhaitons être aussi nombreux à répondre à l’attente de Jésus : “j’étais malade, nu, en prison, affamé et assoiffé et vous êtes venus me visiter”. Matthieu 25
Ce numéro n’avait pas la place pour reprendre l’anniversaire de Vatican II par les évêques et des délégués du peuple de Dieu à Lourdes, ni la proposition d’un synode présenté par Mgr Ulrich… Ce n’est pas un oubli. Retenez dès à présent la date du 14 octobre, où Mgr Jaeger nous convie à fêter l’anniversaire de Vatican II, en diocèse, en la cathédrale d’Arras. Profitons des nombreuses occasions pour mieux comprendre et mettre en œuvre les orientations du concile.
 
Heureuse fête de Pâques
 
Abbé Emile Hennart
Fermer